Condamné pour agression sexuelle, le maire de Corcelles-lès-Cîteaux se décide finalement à démissionner

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lisa Guyenne

Hervé Petit, maire de Corcelles-lès-Cîteaux au sud de Dijon, a démissionné ce mardi 29 mars, annoncent les élus du conseil municipal. L'épilogue d'un feuilleton qui durait depuis novembre 2021.

"Nous vous informons, non sans soulagement, que la Préfecture a reçu la démission de Hervé Petit de son poste de maire mardi 29 mars 2022", annonce sur Facebook Amaury Lebeault, conseiller municipal depuis la récente élection du 20 mars. Une démission que de nombreux habitants et élus réclamaient, près de cinq mois après la condamnation d'Hervé Petit pour agression sexuelle.

Novembre 2021 : Hervé Petit est condamné

Fin 2021, le maire de Corcelles-lès-Cîteaux est condamné à huit mois de prison avec sursis pour agression sexuelle. Il reconnaît auprès du tribunal avoir embrassé de force une jeune fille de la commune fin août 2021. Il s'engage alors publiquement à quitter ses fonctions, mais ne le fait pas.

Janvier 2022 : le conseil municipal démissionne

Le 22 et 23 janvier, tous les conseillers municipaux de Corcelles-lès-Cîteaux (ils sont alors 12) démissionnent, alors que le maire refuse finalement de quitter son poste après sa condamnation. "Tenir un poste de responsable de la mairie, pour nous, ce n'est pas possible, vis-à-vis des Corcellois, mais aussi vis-à-vis de la communauté de communes, de toutes les instances dans lesquelles il peut siéger", explique alors une conseillère à France 3 Bourgogne.

Février 2022 : des habitants en colère réclament le départ du maire 

Le 19 février, plusieurs dizaines d'habitants se réunissent devant la mairie pour réclamer eux aussi le départ d'Hervé Petit. Près de trois mois après sa condamnation, le maire refuse toujours de quitter son poste.

20 mars 2022 : élection d'un nouveau conseil municipal

À la suite de la démission de tous les conseillers municipaux, une nouvelle élection est convoquée le 20 mars. La moitié des habitants inscrits sur listes électorales, 316 sur 641, se déplacent aux urnes. Les 14 candidats au conseil municipal sont tous élus.

"C'est la première étape, puisqu'il reste toujours à son poste de maire", disait alors Samia Djemali, l'une des candidates. "C'est un soulagement, car les habitants se sont exprimés majoritairement en faveur de notre mise en place, ce qui légitime davantage notre démarche."

De son côté, Hervé Petit indique à France 3 Bourgogne avoir l'intention de quitter son siège à la fin du mois, après avoir reçu le verdict des urnes.

25 mars : un premier conseil municipal tendu

Le vendredi 25 mars, le tout premier conseil municipal de la nouvelle équipe, autour du maire toujours en place Hervé Petit, ne dure que sept minutes et dégénère. Selon des participants auprès de France 3 Bourgogne, le maire explique que sa démission "n'est pas à l'ordre du jour" et finit par invectiver les conseillers avant de clore la séance. Hervé Petit, de son côté, réplique : "Je ne discute pas avec quatorze personnes, c'est impossible ! Par leur faute, il n'y a pas eu de rencontre préalable. J'avais préparé un déroulé pour le conseil municipal car je m'étais renseigné à la préfecture, mais ils n'ont rien voulu savoir.

29 mars : l'épilogue

Ce mercredi 30 mars, on apprend donc que la préfecture a reçu la démission d'Hervé Petit la veille, mardi 29 mars. "Le temps d'élire un nouveau maire et de nouveaux adjoints, Hervé Petit reste conseiller municipal", indique la nouvelle équipe, précisant que "des élections seront bientôt organisées".