10 ans du tram : les Dijonnais se rappellent des travaux... et des fameuses barrières cassis !

Publié le Mis à jour le
Écrit par François Latour .

Le tramway de Dijon fête ses 10 ans ! Le 1er septembre 2012, la ligne T1 était inaugurée en fanfare, après trois ans de travaux. Des travaux marqués par des barrières caractéristiques, et qui rappellent bien des souvenirs aux Dijonnais.

Ce sont 18km de barrières achetées par les entreprises prestataires des travaux du tram qui ont permis de délimiter les zones de circulation des véhicules en centre-ville et délimiter les zones de travaux. Ces barrières couleur "cassis" rappellent des souvenirs pour beaucoup de Dijonnais.

"Ç'a été très bien organisé"

Daniel, chauffeur de taxi à Dijon, regarde les photos des rues en travaux en 2012, avec les barrières. Il commente : "Oh oui je me souviens, c'était assez bien balisé ! Pour quelqu'un qui venait de l'extérieur, on pouvait trouver son chemin."

A la question de savoir s'il avait bien vécu la période de travaux, Daniel est catégorique : "oui, ça provoquait des petits désagréments mais de façon générale, c'était très bien organisé !" Et son commentaire final sur la situation actuelle : "quand on voit le résultat maintenant, on ne peut qu'être satisfait"

Une dame, qui a vécu la fin des travaux, se rappelle : "je suis arrivée à Dijon en 2013, j'habitais avant en Saône-et-Loire. Ça venait d'être terminé. Mais je me rappelle être passée quelques fois en centre-ville au moment des travaux, c'était un grand chantier, mais heureusement, on n'était que de passage."

Nostalgie des travaux ? Pas vraiment...

Pour cette Dijonnaise, qui a connu les dernières phases des travaux en 2012 : "c'est vrai qu'au niveau circulation, cela a été quelque chose !" Tout en pondérant son propos, elle ajoute : " ces travaux complexes créent des inconvénients pendant un moment, mais bon, on s'adapte !"

Pour Francisco Pereira, dont la boutique de cordonnerie se trouve à deux pas de l'arrêt 'Godrans', c'est un autre point de vue : "les travaux c'était plus compliqué, surtout pour les gens des alentours"

Avec une remarque très locale :  "le vrai Dijonnais du centre-ville, il contournait par d'autres quartiers, ça allait !" et en ponctuant tout de même :  "le Dijonnais, en lui-même, il rouspète tout le temps".

Le cordonnier n'oublie pas néanmoins la période des travaux, qui a été, pour certains de ces homologues commerçants " très difficile, car les clients ne venaient plus"

Un mal pour un bien

La plupart des personnes questionnées sur les travaux du tram sont maintenant plutôt satisfaites. 10 ans après ces travaux d'urbanisme de grande ampleur (230 millions d'euros sur une durée de 3 ans), de profonds changements ont été apportés à la ville, soit par des changements visibles mais aussi par de nouvelles habitudes de déplacement pour les habitants de l'agglomération.

Et les fameuses barrières "cassis"...?

Un lot important de ces barrières a été envoyé à Besançon, pour aussi baliser les travaux de leur tramway en 2013, une seconde vie pour ces équipements coûteux (19 euros le mètre linéaire). Equipements que des plongeurs de l'armée avaient repêché en 2014 (entre 200 et 300 barrières) dans le Doubs, jetées par des indélicats (suivre le lien)

Les autres barrières ont été redistribuées aux entreprises prestataires pour certaines, et les services techniques de Dijon en utilisent toujours une partie.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité