Affaire Grégory : Marcel Jacob invoque dix nouveaux témoins pour appuyer son alibi

La cour d'appel de Dijon
La cour d'appel de Dijon

Marcel Jacob et sa femme Jacqueline sont soupçonnés d’avoir enlevé leur petit-neveu Grégory retrouvé mort en 1984. Marcel Jacob a de nouveau été entendu par la justice lundi 4 décembre 2017. Une audition marathon qui a duré 7 heures.

Par B.L.

Il était 9 heures du matin quand Marcel Jacob, 72 ans, est arrivé à pied à la cour d’appel de Dijon, le visage dissimulé sous sa capuche.
Il a été entendu pendant sept heures par la juge Claire Barbier. C’est la première fois qu’il revoyait la juge qui préside la chambre de l'instruction de Dijon depuis le mois de juin, date à laquelle il a été mis en examen avec sa femme pour l'enlèvement et la séquestration suivis de la mort de leur petit-neveu Grégory Villemin. L'enfant avait été retrouvé noyé, pieds et poings liés dans la rivière la Vologne il y a maintenant 33 ans.

"Il est soulagé d'avoir pu enfin s'expliquer", a déclaré l’avocat de Marcel Jacob à l'issue de l'audition. Mon client était à son travail en compagnie de son épouse le jour de la disparition du petit Grégory : c’est ce qu’a répété Me Stéphane Giuranna. "J'ai donné de nouveaux éléments qui le confirment", déclare l’avocat qui assure avoir les noms de "dix témoins supplémentaires".

"Toutes les personnes encore vivantes qui travaillaient avec Marcel Jacob viennent de dire qu’effectivement il était bien présent le 16 octobre 1984, de 13 heures à 21 heures", assure l’avocat. "Il n'a pas pu s'absenter pour la bonne et simple raison que […] pour sortir de l'usine, son client aurait dû "passer devant au moins quatre bureaux vitrés de la direction et immanquablement, vous vous faites prendre".


"On essaie de se rapprocher de la vérité"

L'audition a seulement été interrompue pour une pause-déjeuner. Elle a pris fin un peu avant 18 heures.
"Il faut bien comprendre que ce n'est pas un dossier qui va basculer sur une audition. C’est quelque chose qui demande du temps, de la méthode. On essaie de se rapprocher de la vérité", a indiqué de son côté le procureur général Jean-Jacques Bosc. Mais, cela sera long, a-t-il ajouté, en invoquant de nouvelles auditions et de nouveaux interrogatoires à venir.

Le prochain rendez-vous de Marcel Jacob avec la justice est fixé au mercredi 20 décembre, devant la cour d'appel. Il demandera  à pouvoir rentrer chez lui, dans les Vosges. Une permission qu’a obtenue son épouse le 20 novembre.
"J'espère que le couple Jacob fêtera Noël en famille", conclut Me Stéphane Giuranna.

A lire aussi

Sur le même sujet

Un troupeau de vaches laissé à l'abandon à Sain-Vit

Près de chez vous

Les + Lus