Les agriculteurs manifestent : blocages et ralentissements sur les routes

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

A l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, des manifestations sont organisées partout en France mercredi 21 février 2018. L'accord UE/ Mercosur et la nouvelle carte des zones défavorisées provoquent des inquiétudes. Des manifestations ont lieu en Bourgogne.

Par AFP + CN

Les agriculteurs manifestent ce mercredi dans toute la France à l'appel de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs (JA) pour exprimer leurs inquiétudes sur l'accord UE/Mercosur qu'ils refusent ( une pétition est lancée sur internet) et sur la nouvelle carte des zones défavorisées.

Les agriculteurs manifestent : blocages et ralentissements sur les routes
A Dijon, une centaine de tracteur a bloqué une partie de la ville pendant plusieurs heures. Objectif : faire pression sur le gouvernement à l’approche de l’ouverture du Salon de l’Agriculture. Intervenants : -des automobilistes -François-Xavier Lévêque, président des Jeunes Agriculteurs de Côte-d’Or  - Sylvain Bouillot, Isabelle Rivierre et Carlos Zappalá



 En Côte-d'Or, la circulation connaît des perturbations à Dijon, notamment sur la rocade mais aussi en centre-ville.
-A 10 heures, un barrage filtrant a été installé au rond-point Georges Pompidou près de la Toison d'Or.  
-En ville, un cortège est parti de la place de la République à 11 heures 30. En début d'après-midi, une délégation de huit représentants des jeunes agriculteurs et de la FDSEA a été reçue par la Préfète Christiane Barret.
-A noter que le tramway ne circule pas cet après-midi au centre-ville, sur la T2 entre l'auditorium et la gare et sur la T1 entre l'arrêt Drapeau et la gare.


La circulation du tramway a été perturbée à l'occasion de la manifestation des agriculteurs à Dijon / © Arnaud Lefèvre
La circulation du tramway a été perturbée à l'occasion de la manifestation des agriculteurs à Dijon / © Arnaud Lefèvre



►Dans l'Yonne Les Jeunes Agriculteurs et la FDSEA manifestent également Une action est prévue à 15 heures, au carrefour de l'Europe, à Auxerre


En Saône-et-Loire, une opération escargot a débuté en fin de matinée entre Paray-le Monial et Montchanindeux convois de tracteurs sont partis vers 11 heures, l’un de Paray-le-Monial et le second de Montchanin (rond-point Jeanne Rose) pour se retrouver à Montceau-les-Mines. A 12h30, il y avait 5 km de bouchons sur la RCEA derrière les deux cortèges (sens Paray-le-Monial – Montceau-les-Mines et sens Montchanin –  Montceau-les-Mines).

La manifestation regroupe environ 80 manifestants, 32 tracteurs et une trentaine de  voitures
. Roulant à une vitesse très faible (estimée à environ 15 km/h), les cortèges effectuent parfois des arrêts en pleine voie, indique la préfecture de Saône-et-Loire qui recommande aux usagers de la route d’éviter la RN 70.



Saône-et-Loire : les agriculteurs passent à l’attaque pour obtenir “un juste prix”
Les agriculteurs ont manifesté partout en France pour dénoncer la ratification des accords commerciaux entre l'union européenne et l'Amérique du Sud. En Saône-et-Loire, une opération escargot a été menée sur la RCEA (Route Centre Europe Atlantique). Intervenants : -Michel Joly, Fédération nationale bovine FNSEA -Joffrey Beaudot, président des Jeunes Agriculteurs de Saône-et-Loire  - Le reportage de François Latour, Damien Rabeisen et Chantal Gavignet



Les agriculteurs se sentent menacés par l'importation de produits agricoles des pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay). C'est une menace pour les filières de l'élevage (viande bovine et volailles) mais aussi pour la production de sucre et d'éthanol.

Les conditions de productions dans ces pays ne sont pas les mêmes qu'en Europe. Ils utilisent des OGM et des hormones de croissance. Les agriculteurs soumis à des normes draconiennes en France, n'admettent pas cette concurrence qui, disent-ils,va déstabiliser le marché et déverser en Europe des produits dont les consommateurs ne veulent pas. 

La signature de l'accord UE/ Mercosur jette de l'huile sur le feu, alors que dans les territoires ruraux la refonte de la carte des Zones Défavorisées Simples est ressentie comme une provocation. Cette nouvelle carte, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2019, redessine les contours de ces zones qui donnent droit à des indemnités et à des primes aux agriculteurs dont les exploitations se situent sur terres plus difficiles qu'ailleurs.

L'Indemnité Compensatrice de Handicap Naturel, dont le montant est de 6 000 à 8 000 euros annuels, pourrait ne plus être versée à de nombreux éleveurs car leurs exploitations ne figurent plus sur la nouvelle carte. Sans cette indemnité, beaucoup d'entre eux affirment qu'ils seront obligés de cesser leur activité. La FDSEA demande leur réintégration sur la nouvelle carte.

Ces manifestations ont lieu alors que demain, jeudi 22 février, le président de la République,  Emmanuel Macron doit recevoir à l'Élysée environ 1 000 jeunes agriculteurs de moins de 35 ans, installés l'an dernier, pour une "réception de la nouvelle génération agricole".

Les agriculteurs ont lancé une opération escargot sur la RCEA entre Paray-le Monial et Montchanin, en Saône-et-Loire, mercredi 21 février 2018 / © François Latour
Les agriculteurs ont lancé une opération escargot sur la RCEA entre Paray-le Monial et Montchanin, en Saône-et-Loire, mercredi 21 février 2018 / © François Latour





A lire aussi

Sur le même sujet

Projet de revenu de base dans la Nièvre.

Les + Lus