"C'est lui qui m'a appris à être maman" : après la mort de Sullyman, poignardé à Talant, ses proches lui rendent hommage

Vive émotion samedi 27 avril 2024 pour les habitants du quartier de la Fontaine d'Ouche, à Dijon (Côte-d'Or). Ils rendent hommage à Sullyman, décédé après avoir reçu des coups de couteau à Talant. Toutes les prises de paroles aspirent à pacifier les relations entre les quartiers dijonnais.

C’est un quartier encore en deuil. Ce samedi 27 avril 2024, les riverains du quartier de Fontaine d’Ouche se sont réunis à la Maison Phare pour rendre hommage à Sullyman.

Le jeune homme a perdu la vie à 19 ans, le vendredi 15 mars, après avoir été poignardé à plusieurs reprises à Talant. Dans la salle, après plusieurs prises de parole, l’émotion et le recueillement laissent place à la colère.

"On reste soudés"

Mais le moment reste fédérateur et pacificateur, comme le souhaitait la famille de Sullyman, même si la douleur est encore vive pour Sifia, la maman. "Mon fils, c'était l'aîné. C'était le premier bébé. C'est lui qui m'a appris à être maman. J'ai trois autres enfants avec lesquels je m'accroche. C'était très important cet hommage et on reste soudés", raconte-t-elle les yeux embués de larmes.

En mars 2024, plusieurs quartiers de Dijon et l’agglomération ont été touchés par des faits de violences urbaines en l’espace de quelques jours. Deux jours après la mort de Sullyman, un autre jeune homme de 15 ans a été tué par balle à Talant. Le 20 mars, une fusillade s'est déroulée dans le quartier des Grésilles où un homme a été blessé par balles sur un point de deal. Quelques jours plus tard, une personne a été blessée par balles au quartier de la Fontaine d'Ouche.

Dijon devient alors l’une des villes cibles pour la très médiatique opération place nette XXL, ordonné par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, lancé en mars 2024. "Je suis venue pour dire aux Dijonnais et à tous les habitants de Côte-d'Or que bien sûr, nous ne laisserons pas faire", rassurait-il lors de sa venue le 28 mars.

Quelques semaines plus tard, Franck Robine, préfet de la Côte-d'Or, avait dressé un plan "très positif" lors du bilan de l'opération, présenté le 15 avril. Les objectifs atteints avaient largement dépassé ceux qu'ils s'étaient fixés. "Place nette aura un effet durable contre la déliquescence. Les personnes remises à la justice ne sont plus en état de nuire", expliquait-il en avril dernier.

L'enquête toujours en cours

Ce samedi, les habitants de la Fontaine d’Ouche semblent aussi d’accord pour retrouver un de la paix dans les quartiers. "Voilà ce qu'il se passe aujourd'hui : des parents pleurent parce qu'un enfant est mort. D'autres parents pleurent, car leurs enfants sont en prison", explique avec tristesse un riverain. Un autre rétorque :

Cela pourrait arriver à n'importe qui. J'espère que ça servira de leçon pour toutes les personnes de l'âge de Sullyman et des générations futures.

Un riverain du quartier de Fontaine d'Ouche

Depuis la mort tragique de Sullyman l'enquête se poursuit pour faire la lumière sur l’attaque au couteau qui lui a coûté la vie.

► Reportage de Fabienne Acosta et Corentin Renoult

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité