Cinéma : 38 films ont été tournés en Bourgogne-Franche-Comté en 2018

En 2018, 38 projets audiovisuels ont été financés par la Région Bourgogne-Franche-Comté, pour un budget total d'1 million 200 000 euros. / © France 3 Bourgogne
En 2018, 38 projets audiovisuels ont été financés par la Région Bourgogne-Franche-Comté, pour un budget total d'1 million 200 000 euros. / © France 3 Bourgogne

Depuis le début de l’année 2018, de nombreux films et fictions ont été tournés en Bourgogne-Franche-Comté. Des tournages souvent accompagnés financièrement par la Région. Depuis 2016, le budget alloué aux productions audiovisuelles ne cesse d’augmenter.

Par Sébastien Kerroux

Un million 200 000 euros. Voilà le budget qu’a consacré en 2018 la Région Bourgogne-Franche-Comté aux productions audiovisuelles. C’est 63 % de plus qu’en 2016 ! A l’époque, « seuls » 760 000 euros avaient été dédiés aux tournages de films et téléfilms. Alors comment expliquer cette augmentation des fonds consacrés à l’audiovisuel ?
 
 

Des retombées pour la Bourgogne-Franche-Comté


Si la Région Bourgogne-Franche-Comté accorde tant d’importance au secteur audiovisuel, c’est parce qu’elle voit ces financements comme des investissements. A titre d’exemple, « La Révolte des innocents », une fiction tournée en début d’année 2018 dans le Morvan, a été financée à hauteur de 150 000 euros par la Région. Mais cette fiction a généré 422 000 euros de retombées économiques ! « Molière ou l'affaire Tartuffe », une autre fiction télévisée tournée en mars 2018. a bénéficié de la même subvention. Là encore, un échange de bon procédé entre la société de production et la région.

L'argent dépensé par la région est à nouveau dépensé localement. Puisque tout ce qui est frais du quotidien...que ce soit le logement des équipes, la location des décors...est réinvesti dans la région. Donc on peut dire que c'est un échange gagnant-gagnant.
Emmanuel Priou (Productions Bonne Pioche) -

38 projets audiovisuels financées en 2018


Pour l’année 2018, le bureau d'accueil des tournages de Bourgogne-Franche-Comté a accueilli et accompagné 20 productions cinématographiques. Comme par exemple, le court-métrage « Johnny » tourné à Dijon, avec une aide de 30 000 euros. Mais aussi deux long-métrages : « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » d’Arnaud Viard et « Je promets d’être sage » de Ronan Le Page. Ces deux films, produits par la société de production Easy Tiger ont été une belle vitrine médiatique pour Dijon.

Satisfaite de ces retombées publicitaires et économiques, la Région Bourgogne-Franche-Comté devrait à nouveau augmenter le budget de fond d’aide à la production en 2019.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus