"On remercie tout le monde" : coincée pendant quatre jours sous terre, une chienne secourue en Côte-d'Or

Neptune, une chienne jagd terrier, a passé quatre jours coincée dans un réseau de petites galeries souterraines près de Selongey, en Côte-d'Or.

Ses propriétaires étaient morts d'inquiétude. Samedi 17 février, Neptune, chienne jadg terrier de six ans, s'est engouffrée dans le réseau de galeries de la Venelle, près de Selongey (Côte-d'Or), et s'est retrouvée coincée pendant quatre jours jusqu'à son sauvetage, ce mardi 20 février.

"Quand ils ne voient plus rien, les chiens restent prostrés"

A-t-elle suivi une odeur, un renard ? On ne le sait pas. Lorsqu'il se rend compte que la chienne ne revient pas, Philippe, son maître, appelle les pompiers. Mais ces derniers ne se déplacent que s'il existe des indices de présence avérée du chien, notamment s'il répond à la voix. Or, Neptune ne répond pas.

Ce comportement n'est pas étonnant selon Jean-Marc Chaput, spéléologue et référent départemental du Spéléo secours français, contacté par Philippe : "D'expérience, les chiens rentrent, suivent leur piste ou leur proie et à un moment donné, ne voient plus rien. À ce moment-là, ils s'arrêtent et restent prostrés. Ils ne répondent à la voix de leur maître que s'il s'écoule une heure ou deux sans bruit. C'est un phénomène qu'on explique pas vraiment. Or, comme les grottes de la Venelle sont à proximité de la route, c'était normal que la chienne ne réponde pas."

Une vingtaine de pompiers mobilisés

Le spéléologue conseille alors à Philippe de retourner appeler sa chienne lorsqu'il n'y a pas de trafic routier. Le fils de Philippe se rend sur place lundi soir et entend des bruits dans les galeries. Philippe y retourne ce mardi 20 février, très tôt. "J'y suis allé vers 4-5 heures du matin et j'ai entendu des mouvements de roches qui bougeaient. J'ai rappelé les pompiers qui m'ont donné rendez-vous à 13 heures", indique le propriétaire joint par France 3 Bourgogne.

Et les moyens envoyés sont conséquents : une vingtaine de pompiers du GRIMP (unité d'intervention en milieu périlleux), de l'équipe de sauvetage-déblaiement de Beaune et de la brigade de Selongey. "Une fois qu'ils ont commencé à prospecter, la chienne est sortie d'elle-même !" raconte Philippe. A-t-elle été effrayée par les bruits, ou les lumières des pompiers lui ont-elles permis de retrouver son chemin ? Quoi qu'il en soit, Neptune va bien.

Une quinzaine d'interventions chaque saison

"Elle est un peu amaigrie mais elle a mangé ses croquettes, elle a bu à la rivière... On est très soulagés et très reconnaissants pour toute l'entraide", sourit Philippe. Car en plus des pompiers et des spéléologues, Philippe a reçu de nombreux soutiens sur les réseaux sociaux. Deux entreprises ont notamment proposé de l'aider à localiser la chienne à l'aide d'une caméra. 

"On remercie tout le monde. Maintenant, Neptune se fait câliner", conclut Philippe. Mais tous les chiens n'ont pas autant de chance qu'elle. "On effectue une quinzaine de secours de ce type à chaque saison de chasse", explique le colonel Régis Deza, directeur des sapeurs-pompiers de Côte-d'Or. "Parfois, on réussit à sortir les chiens, mais d'autres fois, on les retrouve décédés. Et une fois sur deux, on ne les retrouve pas du tout."

Les spéléologues de Côte-d'Or, eux, se souviennent d'une intervention exceptionnelle : il y a quelques années, deux chiens ont été sortis vivants après avoir passé... 15 jours sous terre.