Coronavirus : quelles précautions faut-il prendre quand on revient de Venise, de Lombardie, d'Italie du nord ?

En raison de l'épidémie de Covid-19, des masques sont portés par le personnel des trains Thello, qui relient Venise à Paris, via Dijon.
En raison de l'épidémie de Covid-19, des masques sont portés par le personnel des trains Thello, qui relient Venise à Paris, via Dijon.

L'augmentation de nouveaux cas de Covid-19 en Italie est jugée "très préoccupante" par l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Reportage à Dijon à l’arrivée du train en provenance de Venise.
 

Par B.L.



Avec 650 personnes testées positives et 17 morts, l'Italie est le pays d'Europe le plus touché par l'épidémie.
A noter cependant que seulement 303 des 650 personnes testées positives sont considérées comme vraiment malades. Par ailleurs, les 17 morts étaient des personnes âgées et déjà atteintes de pathologies graves.

C’est la Lombardie (région de Milan dans le nord) qui concentre le plus grand nombre de cas de contaminations. L’épidémie italienne a démarré à Codogno, une ville lombarde de 15 000 habitants. Un deuxième foyer se trouve en Vénétie (nord-est), près de Padoue.


Les pays voisins de l'Italie ont décidé de maintenir leurs frontières ouvertes, car "les fermer serait disproportionné".
Les voyageurs passant les frontières en trains, autocars ou avions vont recevoir des informations spécifiques au retour des régions à risque. S'ils ressentent des symptômes particuliers, ils peuvent appeler un numéro dédié pour recevoir l'aide nécessaire. En France, il s'agit du  0 800 130 000, un numéro vert qui répond aux questions sept jours sur sept et 24h sur 24.
 
Les trains Thello relient Venise à Paris via Dijon tous les jours.
Les trains Thello relient Venise à Paris via Dijon tous les jours.
 

Quelles sont les recommandations pour les personnes de retour de Lombardie et de Vénétie ?


Le ministère des Solidarités et de la Santé a émis les recommandations suivantes :

Dans les 14 jours suivant votre retour de ces régions d’Italie du Nord, il faut :

-Surveiller votre température 2 fois par jour
-Surveiller l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…)
-Porter un masque chirurgical pendant 14 jours lorsque vous êtes en face d’une autre personne et lorsque vous devez sortir
-Se laver les mains régulièrement ou utiliser une solution hydro-alcoolique
-Eviter tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…)
-Eviter de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…)
-Eviter toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…)
 
-Pour les travailleurs et les étudiants :
dans la mesure du possible, il faut privilégier le télétravail et éviter les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine...) pendant les 14 jours suivant votre retour.
 
-Les enfants, collégiens, lycéens ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée pendant les 14 jours suivant leur retour, compte tenu de la difficulté à porter un masque toute la journée.

En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant votre retour des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, ne vous rendez pas chez votre médecin, appelez le 15 en signalant votre voyage.


Si vous êtes mis à l’isolement ou si vous êtes maintenu à domicile, la sécurité sociale a mis en place un système dérogatoire qui vous permet de bénéficier de 20 jours d’arrêt de travail avec indemnités, sans délai de carence.

Une telle situation peut se présenter si vous êtes un cas contact, un cas confirmé, si vous revenez d’une zone à risque ou si vous êtes parent d’enfants qui doivent être isolés. Pour être valide, l’arrêt de travail doit être signé par un médecin de l’Agence régionale de Santé.

 
 

Où en est l’épidémie de coronavirus en France ?


De nouvelles contaminations au coronavirus ont été confirmées en France depuis mardi 25 février 2020, et notamment celles d'une jeune femme chinoise qui revenait de Chine et d'un Français qui a séjourné en Italie, dans la région de Lombardie.
On a aussi appris qu'un premier patient français est mort dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 février à Paris : il s'agit d'un homme de 60 ans.

Jusqu'à présent, 57 cas ont été enregistrés en France depuis le début de la crise du nouveau coronavirus :

-outre le patient français, un Chinois âgé de 80 ans est décédé mi-février à Paris
-une quarantaine de patients sont hospitalisés
-les autres cas sont des personnes qui ont été déclarées guéries et ne sont plus hospitalisées.

"Nous sommes en alerte et les équipes sont entièrement mobilisées sur tout le territoire. Notre système de veille sanitaire est pleinement opérationnel", a déclaré le ministre de la Santé.

En Bourgogne-Franche-Comté, jusqu’à peu, seuls deux établissements étaient habilités à prendre en charge les patients atteints de coronavirus : le CHU de Dijon et le CHU de Besançon. Mais, dans le cadre de mesures préventives, 8 établissements supplémentaires ont été "activés" dans la région lundi 24 janvier.

Jeudi 27 février, l'ARS a indiqué que 4 cas de coronavirus Covid-19 avaient été confirmés en Côte-d’Or. 

Un 5e cas a été confirmé vendredi 28 février.
Tous sont hospitalisés au CHU de Dijon. L'un d'eux est en réanimation.

 


Les trains Thello relient Venise à Paris via Dijon tous les jours.
Un itinéraire apprécié des voyageurs toute l’année, et particulièrement en cette période de carnaval.

Très tôt, mardi 25 février 2020, plusieurs passagers de ce train de nuit sont descendus en gare de Dijon après plusieurs heures de voyage.
Des masques portés par le personnel de bord rappellent que l’épidémie de coronavirus, qui est partie de Chine, a touché l’Italie.

L'Italie, qui compte le plus de morts en Europe, est devenue le premier pays de l'UE à mettre en place un cordon sanitaire autour d'une dizaine de villes du Nord. Des cas ont aussi été signalés dans des régions auparavant épargnées comme la Toscane, la Sicile et la Ligurie. Pour l'instant, c'est la Lombardie qui reste le principal foyer en Italie.

Mais, de nombreux passagers de retour de Venise n'étaient pas inquiets outre-mesure. "Là-bas, quelques personnes portaient des masques, mais il y a une psychose autour de ce virus que tout le monde ne partage pas forcément. Le risque existe de toute façon, mais de manière assez infime. C’est pourquoi on n’a pas souhaité écourter notre séjour", indique une voyageuse qui était sur place de jeudi à lundi soir.

D’autres se disaient plus inquiets en pensant au match de Ligue des champions entre Lyon et la Juventus de Turin, qui devait avoir lieu en France mercredi 26 février. "Ils attendent 2 500 à 3 000 supporters de Turin, c’est-à-dire de la région de la Lombardie. Ça fait peur", dit un passager.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus