Coronavirus : tous les établissements scolaires de l’académie de Dijon vont fermer, les cours seront sur internet

Tous les établissements scolaires seront fermés à partir de lundi 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre". Objectif : freiner l'épidémie de coronavirus. En Bourgogne, cela concerne environ 275 000 écoliers, collégiens et lycéens qui travailleront via internet. 
 
Ce jeudi 5 décembre, de nombreuses salles de classe franc-comtoises resteront vides
Ce jeudi 5 décembre, de nombreuses salles de classe franc-comtoises resteront vides © IP3 PRESS/MAXPPP

 

L’épidémie de coronavirus qui touche le monde entier continue à se propager.

Selon le dernier bilan communiqué jeudi 12 mars 2020, en France, 61 personnes sont décédées et 2 876 ont été contaminées (soit près de 600 de plus en 24 heures). En Bourgogne-Franche-Comté, on recense 219 personnes positives au covid-19 et cinq morts.

Face à l’accélération de la propagation du virus, le président de la République a annoncé une série de mesures. C’est ainsi que toutes les crèches, tous les établissements scolaires et les universités seront fermés à partir du lundi 16 mars "jusqu'à nouvel ordre". La fermeture va durer au minimum 15 jours, au moins jusqu'à la fin des vacances de printemps, a indiqué vendredi le ministre de la Santé sur Europe 1. "Ce n'est pas de gaité de coeur qu'on ferme les écoles" et la durée "sera la plus courte possible", mais "nous voulons un coup de frein national massif" de l'épidémie, a précisé Olivier Véran, insistant sur le fait que la décision avait été prise après une réunion avec des experts à l'Elysée jeudi.


L’Académie de Dijon qui regroupe les quatre départements de Bourgogne (Côte-d'Or, Nièvre, Saône-et-Loire, Yonne) s’était préparée à cette annonce.
Résultat : quatre semaines de cours sont déjà en ligne sur internet.

 
© Pixabay
 

L'enseignement à distance, comment ça marche ? 


Ces ressources d’enseignement à distance sont proposées dans le cadre du plan de continuité pédagogique, indique l’Académie de Dijon.

Il s'agit de :

-L’ENT (espace numérique de travail) Éclat-BFC : il donne accès aux services et ressources numériques de l’éducation qui permettent des apprentissages à distance. Cet outil, qui est déjà utilisé, permet de maintenir le lien entre l’élève, l’enseignant et la classe via des échanges de mail par exemple.

-La plateforme « Ma classe à la maison » du CNED, le Centre national d'enseignement à distance : elle propose des séances et des parcours pédagogiques en ligne, via notamment des cours en visioconférence. 

Chaque parent d'élève va recevoir aujourd'hui "par mail" des identifiants pour se connecter à la plateforme "Ma classe à la maison", a dit Jean-Michel Blanquer vendredi 13 mars. Il a promis un accompagnement pour ceux qui n'ont pas d'équipement informatique, soit environ 5% des élèves. "Je ne veux qu'aucun élève ne reste sur le côté du chemin", a dit le ministre de l'Education nationale. A noter que la Région Bourgogne-Franche-Comté mettra à disposition des lycéens qui en sont dépourvus des équipements nécessaires (ordinateurs et tablettes).

Avec ce dispositif, chaque élève bénéficie de son propre compte. Il peut s’y connecter depuis un ordinateur, une tablette ou un téléphone connecté.

Avant de commencer les séances, l’élève passe un quiz afin d’évaluer son niveau. S’il est en maternelle ou en primaire, il doit être accompagné d’un adulte. En revanche, les collégiens et lycéens sont autonomes. Les exercices sont prévus pour être effectués en une heure et peuvent être imprimés, tout comme les cours.
Les leçons et exercices correspondent aux éléments du programme du premier et du deuxième trimestre. Si l’épidémie devait durer, le CNED assure que les cours du troisième trimestre seraient accessibles.

"Cette continuité pédagogique a pour objectif de maintenir le lien social qui se vit à l'école, de proposer des contenus et situations d'apprentissage adaptés et de soutenir les élèves dans leur activité à domicile", ajoute l’Académie de Dijon.

A noter que le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, a déjà fait connaître sa position sur cette décision : la fermeture des écoles à cause du coronavirus est "une mesure qui va dans le bon sens" estime Francette Popineau, co-secrétaire du SNUipp-FSU.

 


Que va-t-il se passer pour les examens ?

"Le principal scénario", c'est quand même de maintenir le bac, a déclaré Jean-Michel Blanquer. "Nous espérons bien qu'en juin l'épidémie sera plutôt dernière nous que devant nous." 

Pour les concours et autres examens, la décision du maintien ou non sera prise "au cas par cas", a-t-il précisé.
Dans "un grand nombre de cas, on doit pouvoir les organiser", que ce soit "à distance" ou avec un respect des"règles d'hygiène".

 

Comment assurer la garde des enfants ? 


De façon générale, des mesures exceptionnelles ont été mises en place pour que les parents puissent garder leurs enfants à la maison, par le biais notamment d'un arrêt de travail indemnisé.


Par ailleurs, l'Académie de Dijon a annoncé la mise en place d’un service de garde pour les enfants des personnels qui sont indispensables à la gestion de la crise sanitaire (personnels soignants des hôpitaux et des services médicaux et médico-sociaux, public et privé; services de police, de gendarmerie et du SDIS). Cet accueil se fera dès lundi 16 mars, en principe sur le lieu de scolarisation habituel. Les enfants seront accueillis par petits groupes de 8 à 10.


Dans les écoles de Dijon, une dizaine de lieux seront prêts pour accueillir jusqu’à 500 enfants, dès lundi 16 mars de 7h à 19h. Les espaces seront aménagés pour accueillir chacun 6 à 8 enfants. Le service de restauration scolaire de la ville de Dijon sera réaffecté à la préparation des repas des enfants gardés.

En Côte-d’Or, les personnels techniques continueront d'entretenir les locaux, tandis que les agents en charge des cantines resteront à leur poste, au moins la semaine prochaine, indique le conseil départemental.

La rectrice de l'Académie de Dijon rappelle que les établissements scolaires resteront ouverts pour accueillir les enseignants. Les chefs d'établissement seront présents à leur poste.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation