Dijon : avec l’association Ani’nomade, les enfants s’occupent d’animaux au CHU… pour aller mieux

Depuis deux ans, l’association Ani’nomade propose à des enfants soignés au CHU de Dijon de s’occuper d’animaux. Le but est d’apporter du bonheur aux malades et à leurs parents.
Cette pratique, nommée médiation animale, est pratiquée depuis maintenant six ans dans cet hôpital.
Cette pratique, nommée médiation animale, est pratiquée depuis maintenant six ans dans cet hôpital. © France 3 Bourgogne
Des animaux dans un hôpital ?

Ce n’est pas une situation banale. Mais, au CHU de Dijon, ils investissent les lieux deux fois par semaine, grâce à l’association Ani’nomade.
Depuis deux ans, elle propose aux enfants soignés en oncologie pédiatrique de s’occuper d’animaux à l’intérieur de l’hôpital, dans un local dédié.

Le programme nommé Coup d'patte,
co-financé par l'association Coup d'pouce à hauteur de 18.000 euros par an, est très encadré.
 
Toilette du cochon d'Inde à l'association Ani'nomade
Toilette du cochon d'Inde à l'association Ani'nomade © Isabelle Rivierre


Les petits animaux (cochons d'Inde, chinchillas, rats, lapins, hamsters, tourterelles) qui entrent au CHU de Dijon sont couvés...
Ils voient le vétérinaire une fois par semaine, n'ont aucun contact avec d'autres animaux de l'association Ani'nomade et sont hébergés dans un espace à part nommé le Cocon.
 

Penser à autre chose

La médiation animale a de nombreux bienfaits.
Elle offre une bulle d'évasion aux enfants hospitalisés.


Adonaï, 10 ans, est convaincue : "C’est bien de voir des animaux. On s’occupe d’eux, on essaie de les soigner. C’est bien aussi pour les gens à l’hôpital, ça leur fait penser à autre chose".

Et pour Romane, âgée de 21 mois, cela fait presque partie du parcours de soin. "Elle a des séances de chimiothérapie sur six mois. On a programmé avec les docteurs le mardi, car elle se libère, ça lui fait du bien. Elle adore les animaux. Ça la relaxe avant les traitements qu’elle va débuter tout à l’heure", explique sa maman.

La pédiatre Claire Desplantes avoue qu'elle était dubitative sur les bienfaits de la médiation animale.
Mais, après trois ans de pratique dans ce service d'hémato-oncologie, elle a constaté que "les enfants sont plus détendus au moment de faire des soins douloureux après une séance de zoothérapie; ils acceptent aussi plus facilement de vivre des gestes comme une ponction lombaire s'ils savent qu'ils vont voir les animaux pas la suite. C'est comme une récompense."




Le reportage de Tiphaine PFEIFFER, Isabelle RIVIERRE et Francis NIVOT et Simon SCHNEIDER avec


En plein développement

Cette pratique, nommée médiation animale, est pratiquée depuis maintenant six ans dans cet hôpital.
L'association Ani'nomade a repris le flambeau de l'association AZCO (Association de Zoothérapie de Côte d'or) depuis deux ans. 


Ani'nomade intervient désormais une dizaine de services du CHU en oncologie pédiatrique mais aussi en pédo-psychiatrie ou en psychiatrie par exemple.
Près de 500 patients par an profitent de ce contact avec les compagnons à plumes ou à poils.

En 2019, Claire Mongeot, sa fondatrice, a emmené ses animaux dans six autres hôpitaux.
Elle
 souhaite développer cette pratique dans d'autres villes comme Grenoble, Paris par exemple.
Le futur local d'Ani'nomade
Le futur local d'Ani'nomade © Isabelle Rivierre

Pour cela, l'association va entamer un grand chantier participatif en septembre chiffré à 60.000 euros environ.
Pour construire un nouveau cocon, plus grand, hébergeant plus d'animaux, Ani'nomade, basée à Plombières-lès-Dijon, en Côte d'or, lance un appel à toutes les bonnes volontés. 

Elle a déjà reçu de nombreux soutiens : Par ailleurs, à la Cabane, depuis avril 2015, ouverte au public deux fois par semaine à Plombières-lès-Dijon tout un chacun peut venir rencontrer les animaux pour une petite séance de zoothérapie.
 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société animaux