• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon : l’espace MU accueille des tatoueurs en résidence

A Dijon, le salon MU est dédié aux arts corporels, tatouage et piercing. Il accueille de nombreux artistes en résidence et propose des tatouages uniques. Un lieu qui veut transmettre le goût des ornements corporels aux dijonnais.

Par Fatima Larbi

Nous n’avons pas choisi notre corps, le tatouage et le piercing nous permettent de mieux habiter ce corps, sans contraintes sociales. Veg, créateur du salon MU et perceur


MU, c'est un espace pluridisciplinaire sur trois étages, un studio international entièrement consacré aux arts corporels dans leur toute leur diversité : tatouages, piercing. Il est installé à Dijon, en Côte-d’Or.

Chez MU on vient chercher des tatouages réalisés par des artistes singuliers. Ici pas de reproduction de dessins mais des créations uniques, sur-mesure. Chaque artiste possède son univers graphique et c’est à chaque personne de trouver celui qui lui correspond avant de se lancer.
© Nathalie Zanzola
© Nathalie Zanzola
A l’origine du salon MU , il y a Veg, un homme passionné qui baigne dans l’univers des arts corporels depuis les années 1990. Il est lui-même perceur, a voyagé dans de nombreux pays et fait de nombreuses rencontres. Il a beaucoup appris et échanger sur tous les arts corporels.

En 2014, il installe son propre espace à Dijon et travaille dès le début avec d’autres tatoueurs et perceurs.
En ouvrant son salon, Veg veut créer un lieu donnant une autre image du tatouage. Il est encore trop souvent associé à une image masculine, de biker tatoué ou de mauvais garçon sortant de prison.

Dès sa création MU est conçu comme un carrefour de différentes pratiques et de multiples propositions artistiques.

Cet espace accueille en résidence des artistes aux sensibilités diverses. Comme en art, dans le tatouage il existe différents courants : minimalisme, réalisme, tribal, ornemental, le mandala

L’art corporel c’est comme les autres arts. Il faut une certaine éducation pour le comprendre et l’apprécier.  Veg

Les clients dijonnais n’ont plus à traverser l’Europe pour trouver leur tatoueur idéal, c’est lui qui désormais vient à eux, à Dijon.

J’avais envie de créée un centre de convergence de tous les arts corporels et en donner le goût aux dijonnais. Veg

Veg et son équipe veulent aussi faire de leur espace un lieu d’accueil et de conseil pour dédramatiser ces pratiques.
© Pixabay
© Pixabay
Depuis 2014, le salon MU a vu sa clientèle augmenter et se diversifier. L’envie d’ornements corporels s’est  démocratisée et les personnes qui poussent la porte viennent d’horizons de plus en plus divers, au-delà du genre, du milieu social et de l’âge.

Il y a peu de temps nous avons réalisé un tatouage sur une dame de 82 ans qui a ensuite amené une amie. Veg


Une fois la porte de l’espace MU franchie, on se rend vite compte que l’art du tatouage ne se limite pas à une simple réalisation technique. Chaque personne est accueillie et conseillée. Il faut décrypter son désir, voir s’il est réalisable techniquement, comprendre son projet, le mettre en image.

Le client est ensuite orienté vers le tatoueur correspondant à son univers qui réalisera une composition originale. Et parfois...

 Il faut expliquer pourquoi on ne peut pas faire, car nous ne sommes pas là pour tatouer à tout prix… La peau n’est pas du papier. 

Amélie se faisant tatouer une licorne sur le bras / © Nathalie Zanzola
Amélie se faisant tatouer une licorne sur le bras / © Nathalie Zanzola
Amélie est une passionnée de licornes depuis son enfance. Elle a déjà un tatouage de licorne et avait envie d’en avoir un autre sur le même thème. C’est Joszef, un tatoueur originaire de Hongrie qui l’a réalisé.

J’ai tout de suite aimé l’univers graphique de Joszef qui me rappelle les origamis et un jeu de mon enfance où il fallait relier des points. 

Vous avez encore des réticences ?

Jeudi 14 mars 2019, Amélie Douay nous emmène à la découverte des arts corporels au salon MU, à Dijon, en compagnie de son créateur de Veg (perceur).

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus