Cet article date de plus de 6 ans

Dijon : à quoi sert un congrès international sur les nez et langues électroniques ?

Des experts du monde entier sont réunis au palais des congrès de Dijon jusqu’au 1er juillet 2015. Ils participent au 16e congrès international sur les nez et langues électroniques. Détection d'explosifs, de maladies, conservation des aliments... les perspectives sont prometteuses.
© Robin Marchant/Getty Images for Harlem EatUp!/AFP

Une bouche artificielle, pour quoi faire ?

Ce congrès unique au monde se tient à Dijon du 28 juin au 1er juillet 2015. Quelque 250 spécialistes, chercheurs et industriels y participent. Les applications possibles concernent de nombreux domaines, y compris la médecine pour le diagnostic de maladies grâce aux odeurs corporelles. Mais, c'est dans le domaine de la recherche alimentaire et gastronomique que les applications sont les plus nombreuses.

"On travaille sur le développement d’une bouche artificielle. En complément, on utilise le nez électronique comme analyseur en sortie de cette bouche artificielle. Cela permet de simuler les mastications humaines et ce que le consommateur va faire quand il va manger un produit. On recueille les effluves, c'est-à-dire l’équivalent de ce qui va dans son nez et dans ses pupilles gustatives", explique Patrick Mielle, chercheur à l'INRA de Dijon et organisateur du congrès.



Quelles sont les applications pour Mr et Mme Tout le monde ?

Ce congrès international est organisé en collaboration avec Vitagora Goût-Nutrition-Santé (le pôle de compétitivité agroalimentaire, basé en Bourgogne et Franche-Comté). Parmi les partenaires, on trouve aussi la société Alpha-MOS, leader mondial en E-sens.

Alpha MOS  participe au programme de Recherche et de Développement Open Food System. Il s’agit d’un projet structurant de 6 pôles de compétitivité financé par l’Etat français et la Région Franche-Comté dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir. Il réunit autour du chef de file, le groupe SEB, 25 partenaires publics et privés.

Alpha MOS a été sélectionné dans le volet Opticook pour son projet d’appareils de cuisson intelligents pour le grand public et les professionnels. Ces appareils, avec contrôle automatisé des paramètres de cuisson, permettent d’optimiser la conservation des qualités organoleptiques et nutritionnelles des aliments cuits.
Dans ce but, Alpha MOS développe des nez électroniques miniaturisés pouvant être intégrés dans ces nouveaux appareils de cuisson. Le projet a démarré au début de l’année 2013.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
alimentation société technologies sorties et loisirs