Cet article date de plus de 5 ans

Eau potable : Un contrat pour préserver la ressource en eau de Dijon Sud

Jeudi 19 mai, un contrat pour la protection de la nappe phréatique de Dijon Sud a été signé par près de 20 signataires. 40 actions vont être menées pour protéger et améliorer la qualité d'une ressource utlisée par plus de 45 000 habitants.
La nappe phréatique de Dijon Sud va être protégée par un contrat de 6 ans. Elle est alimentée en partie par la Cent Fonds à Fenay.
La nappe phréatique de Dijon Sud va être protégée par un contrat de 6 ans. Elle est alimentée en partie par la Cent Fonds à Fenay. © FTV

La nappe phréatique de Dijon Sud

Cette réserve d'eau souterraine est aux portes de l'agglomération dijonnaise. 
Sa capacité est de 15 millions de mètres cubes, elle est exploitée depuis 1960, pour l'alimentation en Eau Potable.
Elle est aussi identifiée comme ressource majeure sur son territoire.
La nappe de Dijon Sud s'étend du sud de la Ville jusqu'à Seurre
La nappe de Dijon Sud s'étend du sud de la Ville jusqu'à Seurre © agence de l'eau rhône méditerranée corse

Le contrat

Avant tout, c'est un contrat orienté vers la prévention, pour protéger la qualité et la quantité de la nappe. Le contrat est d'une durée de 6 ans (de 2016 à 2021), il est constitué d'actions volontaires et concertées des partenaires, pour un coût estimé à 7 millions d'euros (dont 43% financés par l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse)

Les 3 objectifs du contrat

1. Renforcer la gestion locale de l'eau

Pour cela, il va falloir mener une étude, pour connaître le temps de renouvellement des eaux de la nappe et le temps de transit des eaux souterraines entre les différentes stations de pompage.

2. Préserver quantitativement la ressource en eau

Tout d'abord le travail consiste à sensibilier à l'économie de l'eau, cela va aussi avec la réduction des fuites dans les réseaux de distribution (renouvellement des canalisations).
Puis améliorer l'hydromorphologie de la Cent Fonds, des travaux de renaturation de la Cent Fonds sont envisagés.
Pour permettre aussi aux eaux pluviales de recharger la nappe, des travaux de désimperméabilisation des sols sont prévus.
Un autre axe de préservation concerne l'irrigation : une partie des pompages directs ou à proximité de la Cent Fonds vont être délocalisés.

3. Améliorer la qualité des eaux brutes

La gestion des eaux usées et eaux pluviales doit passer par la réhabilitation des réseaux d'assainissement (Grand Dijon, Communauté de Communes de Gevrey-Chambertin).

La SNCF fait un diagnostic complet de ses réseaux humides et réhabilitera les systèmes d'assainissement de la gare de triage de Gevrey-Chambertin. 
APRR crée un réseau de collecte des eaux pluviales des chaussées d'autoroute.
 
Les pratiques en agriculture devront être plus vertueuses : agriculture durable, biologique, gestion des effluents polluants.
Les communes de Perrigny-lès-Dijon, Saulon-la-Rue et Fénay vont réduire l'émission des substances dangereuses, en réalisant un diagnostic de leurs anciennes décharges communales.
 
Pratiques plus vertueuses pour la gestion, l'entretien des espaces verts et voies publiques : 
suppression des pesticides ou de réduction (communes, privés, entreprises comme la SNCF, engagée dans un diagnostic de désherbage sur ses sites)
 
Protéger les captages.


InterCLE Vouge/Ouche

Cette structure est en charge de la protection et de la gestion de la nappe de Dijon Sud.
Elle permet la coordination entre : 

Le reportage d'Amélie Douay et Jean-Louis Saintain

Intervenants :
durée de la vidéo: 01 min 46
Préservation de la nappe phréatique Dijon Sud










Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société