• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L’Europe soutient le dispositif Territoires zéro chômeur de longue durée

© Pixabay
© Pixabay

Le dispositif "Territoire zéro chômeur de longue durée" a été imaginé par l'association ATD Quart-Monde et porté par l’ex-député de Côte-d'Or Laurent Grandguillaume. Cette initiative va bénéficier du soutien de l'Europe, ce qui lui permettra de monter en puissance. 
 

Par B.L.

C'est quoi "Territoires zéro chômeur de longue durée" ?

Comment permettre à des chômeurs de longue durée de retrouver un travail adapté à leurs compétences ?
C’est le but de l’initiative "Territoire zéro chômeur de longue durée".

Une proposition de loi "d'expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée" portée par l’ex député PS Laurent Grandguillaume a été promulguée le 1er mars 2016.

Ce dispositif permet de donner à des chômeurs des emplois en CDI (contrat à durée indéterminée) dans le secteur de l'économie sociale et solidaire et cela sans concurrencer des activités existantes (artisans, agriculteurs, commerçants, associations...). Ces emplois sont créés au sein d’ "entreprises à but d’emploi" (EBE). Ces entreprises sont financées à titre expérimental par de l’argent utilisé traditionnellement pour les indemnités de chômage. 

 


Une expérimentation a été lancée pour cinq ans dans dix territoires volontaires : la ville de Prémery, qui appartient à la communauté de communes Nièvre et Forêt, en fait partie.
En un an et quelques mois, 90 emplois ont été créés à Prémery.


 
 

Le dispositif "Territoires zéro chômeur de longue durée" sera-t-il étendu ? 


En septembre 2018, le gouvernement a présenté un plan de lutte contre la pauvreté. A cette occasion, le président de la République a annoncé son intention d'étendre l'expérimentation TZCLD (Territoires Zéro Chômeurs de Longue Durée) jusqu’à 50 territoires. Il n'y a pas encore de calendrier fixé, mais Laurent Granguillaume se dit confiant, compte tenu notamment du contexte d'urgence sociale né du mouvement des "gilets jaunes". 

Un peu partout en France, de nombreuses communes et communautés de communes souhaiteraient rejoindre ce dispositif. En Bourgogne-Franche-Comté, une quinzaine de territoires ont fait connaître leur intérêt. C’est le cas, par exemple, du Pays Nivernais Morvan, organisé en territoire volontaire, grâce à l’engagement de cinq sites : Clamecy, Lormes, Luzy, Moulins-Engilbert et Varzy, et le soutien des trois communautés de communes (CC Bazois Loire Morvan, CC Haut Nivernais Val d'Yonne, CC Morvan Sommets et Grands Lacs).

 
 

"Territoires zéro chômeur de longue durée" espère gagner du terrain grâce au soutien de l’Europe


"Après un long travail de préparation du dossier, l'association Territoires zéro chômeur de longue durée a reçu confirmation du soutien de l'Europe à sa demande de Fonds social européen (FSE). Le FSE nous permettra de préparer le passage à l'échelle de @ZeroChomeurLD ",  indique Laurent Grandguillaume. Le soutien du Fonds social européen s'élève à 150 000 euros par an pendant deux ans.

Cet argent permettra de créer un centre de ressources et de compétences pour accompagner les territoires qui veulent rejoindre le dispositif zéro chômeur de longue durée. Concrètement, il y aura d'un coté une plateforme internet où l'on trouvera des outils de formation à distance (vidéos, textes, etc). D'autre part, des réunions seront organisées sur le terrain. "L'objectif est de transmettre les connaissances nécessaires aux élus intéressés, mais aussi aux fonctionnaires, aux entrepreneurs et à des collectifs de citoyens". 
 

C'est une utopie réaliste


Ce soutien de l'Europe est important, car "souvent les expérimentations échouent quand on change d'échelle", rappelle Laurent Grandguillaume. Passer de 10 territoires à un nombre beaucoup plus important, n'est pas évident.

Mais, l'ancien député de Côte-d'Or est confiant : "c'est une utopie réaliste. La preuve, 700 personnes au chômage depuis des années ont déjà retrouvé un emploi en quelques mois grâce aux 10 expérimentations en cours. Des pays européens comme l'Allemagne et la Belgique suivent aussi de près cette expérience." 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

ENTRETIEN. Fabrice Schlegel, l'une des figures des gilets jaunes à Dole, se met en retrait

Les + Lus