Fermeture des boîtes de nuit : la concurrence des bars à ambiance

Depuis la crise sanitaire du Covid-19, les discothèques et boîtes de nuit sont maintenues fermées. 5 mois et demi d'une situation difficile. Mais par ailleurs, les bars multiplient les initiatives pour "ambiancer" les soirées.

Les bars à ambiance et restaurants festifs ne sont pas interdits d'ouverture depuis la crise sanitaire
Les bars à ambiance et restaurants festifs ne sont pas interdits d'ouverture depuis la crise sanitaire © FTV

Le monde de la nuit est actuellement divisé autour de l'interdiction d'ouverture des discothèques et boîtes de nuit. Ces dernières ne peuvent toujours pas réouvrir, tandis que les bars festifs et à ambiance récupère une clientèle qui ne souhaite que faire la fête et danser.


"Concurrence déloyale"

C'est un peu ce que les responsables d'établissements comme les discothèques et boîtes de nuit dénoncent actuellement : les bars festifs ou "à ambiance" récupèrent la clientèle que les boîtes de nuit ont perdu. Ces établissements sont sous la coupe d'une interdiction d'ouverture mais les bars ont pu rouvrir dès le 2 juin.
Julien Debeaumarché, responsable d'une boîte de nuit à Dijon, l'explique : "c'est un peu déloyal, on empêchera jamais les fêtards de faire la fête. Ces bars sont un peu transformés en discothèques, je comprends, ils profitent un petit peu de la situation."
Et d'ajouter : "on se sent un peu dégoûtés, car nous, on ne peut toujours pas rouvrir."

"Difficile de faire autrement"

Faire respecter les gestes barrière, cela demeure difficile dans les bars à ambiance, où les clients ont envie de danser. 
Philippe Necker, gérant d'un bar d'ambiance à Dijon, rappelle que "les gens peuvent se lever et danser autour de leur table, avec les gens de leur table, tout en portant le masque. L'idée, c'est qu'il n'y ait pas d'interaction avec les clients des tables environnantes."


14 août : publication du décret d'application de l'aide aux discothèques

Le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs (SNDLL) annonce la publication du décret de loi concernant l'indemnisation des établissements
Selon Patrick Malvaës, président de la SNDLL : "ce texte est applicable dans 24 heures soit dès le 16 Août 2020. Il ne concerne que la période de Juin à Août inclus. Il confirme ce que nous vous avions indiqué. En cela, il nous rassure ! Sont concernés les établissements de type P faisant l’objet d’une interdiction d’accueil du public. A compter du mois de Juin 2020."

24 juillet : l'Etat annonce une aide aux discothèques

Le ministre délégué aux PME Alain Griset avait annoncé vendredi 24 juillet une aide financière pour les discothèques, qui exhortaient le gouvernement à mettre en place "un plan de sauvetage".
A l'issue d'une réunion avec les représentants du monde de la nuit, le ministre a confirmé "qu'il n'y avait pas de date prévue de réouverture" des établissements du secteur, tout en dévoilant un dispositif de prise en charge des frais fixes des établissements.
 

2 juin : réouverture des bars et restaurants

Cette date marquait la levée de restrictions sur les lieux tels que les bars et restaurants, qui étaient fermés depuis le 14 mars. Ces établissements situés dans les régions marquées "vertes" ont pu réouvrir, en respectant les règles de distanciation dans les lieux clos.
 

Un secteur déjà très inquiet pendant le confinement

En Avril, les professionnels du secteur de l'hôtellerie-restauration faisaient déjà part de leurs inquiétudes, quant aux conséquences de la fermeture des établissements. Ainsi, l'UMIH (Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie) s'inquiétait du risque de voir disparaître "30 à 40% des bars et clubs indépendants définitivement".
Malgré les mesures de chômage partiel, c'est un secteur qui emploie "100 000 emplois directs et 50 000 indirects, qui seraient menacés en France" selon l'UMIH.


Le reportage d'Armandine Castillon et Mélissa Genevois
Intervenants :

Ces bars qui se transforment en boîtes de nuit
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loisirs sorties et loisirs