Alimentation : Food Use Tech à Dijon ou comment les applications et les startups transforment nos habitudes

© Pixabay
© Pixabay

Le goût, la santé, la qualité des produits, la préservation de l'environnement, le revenu des producteurs... Autant de critères qui pèsent aujourd'hui dans les actes d'achats des consommateurs. Ceux-ci ont de plus en plus recours au digital pour s'informer et choisir.

Par C.R.

Quelles sont les nouvelles pratiques ?

L'alimentation fait partie des secteurs où les pratiques évoluent et où le digital explose. Le salon Food Use Tech, qui se tient à Dijon les 20 et 21 septembre 2018, a pour thème justement "les usages du digital et des technologies dans les secteurs de l’alimentation".

Food Use Tech se veut laboratoire d’idées pour "penser l’alimentation de demain et mesurer la réponse des nouvelles technologies face à l’évolution des usages."

Les exposants travaillent dans plusieurs secteurs :

-l’agriculture (nouvelles méthodes, biodiversité, origine des semences...)
-la restauration (menus venant du monde entier, digitalisation des moyens de paiement)
-la distribution (multiplication des applications de livraison et de choix des produits). 

L'objectif affiché ? Que le digital "rende aux consommateurs le contrôle de leurs achats et facilite leur vie dans leur cuisine."


 

Mieux manger grâce à des applis déjà nombreuses...

Les applications spécialisées dans la nutrition revendiquent de nombreux utilisateurs, preuve que les consommateurs veulent "reprendre le pouvoir" et savoir si ce qu'ils mangent est bon pour leur santé. Chacune a ses arguments...

ScanUp est une application mobile gratuite. Elle se propose d'aider les consommateurs à faire leurs courses, en les informant sur le degré de transformation des produits alimentaires. Elle dit "agir pour l'alimentation saine et responsable de demain." En effet, de nombreuses études constatent une association entre la consommation de produits ultratransformés et un risque accru de surpoids, cancer et autres maladies.

⇒ Open Food Facts : "rassemble des informations et des données sur les produits alimentaires du monde entier. Avec des contributions faites par tous, pour tous." Le projet revendique "des données ouvertes, n'importe qui peut les réutiliser pour n'importe quel objectif."

⇒ Scan Eat : il suffit de scanner le code-barre d’un produit pour découvrir sa composition. "Scan Eat est relié à la base de données d’Open Food Facts composée de plus de 270 000 produits référencés dans 141 pays et mise à jour tous les soirs. Cette mine d’informations est enrichie par des volontaires, ce qui garantit son indépendance face aux lobbies et aux grandes enseignes."

⇒ Yuka : scanne les produits et analyse leur impact sur la santé. "Lorsque vous scannez un produit qui a un impact négatif sur la santé, Yuka vous recommande un produit équivalent de meilleure qualité."

A lire aussi

Sur le même sujet

Municipales : François Rebsamen annoncera sa candidature à sa propre succession après Noël

Les + Lus