• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Ligue 1 – Premier point pour Dijon face à Rennes

Le Cap-verdien Julio Tavares tire un pénalty lors du match Dijon-Rennes au Roazhon Park (Rennes), le 19 août 2017. / © LOIC VENANCE / AFP
Le Cap-verdien Julio Tavares tire un pénalty lors du match Dijon-Rennes au Roazhon Park (Rennes), le 19 août 2017. / © LOIC VENANCE / AFP

Les Dijonnais ont obtenu le nul à Rennes avec un score de 2-2, avec beaucoup d'abnégation et de jeu face à des Bretons, encore une fois, décevants collectivement, malgré le doublé de leur attaquant congolais Mubele, lors de la 3e journée de L1, samedi 19 août.

Par AFP

Grâce à ce premier point, le DFCO passe 17e et abandonne la place de lanterne rouge à Amiens, et talonnent même leurs hôtes du soir, 16e avec deux petites unités.

La bronca qui a accueilli le coup de sifflet final était en partie adressée à l'arbitre Thomas Léonard, pour avoir sifflé le penalty de l'égalisation bourguignonne, transformé par Julio Tavares en pleine lucarne (2-2, 90+2) dans les arrêts de jeu.

Mais elle pouvait tout aussi bien s'adresser à leur équipe, bien décevants face à des Dijonnais qui ont joué crânement leur chance, s'enhardissant au fil des minutes.

Rennes s'était pourtant mis - avec pas mal de réussite, il est vrai - dans les meilleurs conditions en menant 2-0 au début de la seconde période.

Le premier but a sans doute ressemblé à ce que Christian Gourcuff espère voir son équipe produire plus souvent: une récupération au milieu du terrain, une projection rapide vers l'avant grâce à une belle ouverture de Morgan Amalfitano pour Ismaila Sarr et le centre à ras de terre converti par Firmin Mubele malgré Baptiste Reynet et avec l'aide du poteau rentrant (1-0, 14).

Une réussite qui a aussi accompagné l'attaquant sur son deuxième but. Était-ce un but ? Était-ce une frappe lobée ? Toujours est-il que le ballon a fini dans la lucarne opposée de Reynet (2-0, 46e).


Dijon sans Saïd


Une belle horizontale de Reynet sur un coup-franc de Benjamin Bourigeaud (30) et un tir en angle fermé sur le poteau de ce même Bourigeaud ont nourri l'illusion d'un Rennes dominateur en première période.

Mais pour le reste, la prestation des Rouges n'a guère emballé, et on peut même se demander ce qu'aurait été le match avec un Julio Tavares à 100%, un Benjamin Jeannot pas blessé et un Wesley Saïd qui n'aurait pas été empêché par "un accord moral" de jouer contre son ancien club.

Le bloc défensif rennais, qui avait tenu l'équipe à flot lors de la phase retour l'an dernier, quand l'attaque patinait a souvent plié notamment face au très remuant Chang-hoon Kwon.

Il avait failli lober Abdoulaye Diallo en contrant un défenseur (31), avant de voir le portier international sénégalais bien sortir dans ses pieds juste avant la pause (44).

C'est donc assez logiquement au Coréen qu'est revenu l'honneur de réduire le score, en reprenant de près et de la tête un tir de Fouad Chafik que Diallo avait repoussé d'un réflexe (2-1, 51).

Ce point va permettre à Dijon de gagner en sérénité avant la réception de Montpellier dans une semaine, alors qu'à Rennes, la morosité guette déjà.

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus