• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Patrimoine : pourquoi des statues dans nos villes? pour qui? depuis quand? Un livre vous dit tout

© Editions mare & martin
© Editions mare & martin

Vous êtes vous déjà demandé depuis quand il y a des statues sur nos places publiques, sur certains édifices et dans nos parcs et jardins? Savez-vous comment elles sont arrivées là? Qui en a décidé et dans quelles circonstances?   

Par Caroline Jouret

Si ces questions ne vous ont jamais effleuré l'esprit, sachez qu'elles méritent d'être posées tant les réponses apportées sont instructives, parfois stupéfiantes, et pour certaines amusantes. 

Jacqueline Lalouette en a fait un livre de plus de 500 pages. Cette professeure émérite (Université de Lille 3) et membre senior honoraire de l'Institut universitaire de France a mis plusieurs années pour l'écrire. 

Un livre abondamment illustré avec des photos d'époque, d'anciennes cartes postales, mais aussi avec des photos qu'elle a fait elle-même et avec l'aide précieuse d'un photographe professionnel, Gabriel Bouyé

Jacqueline Lalouette a recensé 3856 statues dans les archives nationales, départementales, communales. Dans le livre elle raconte leur histoire mais pas seulement. 

On apprend par exemple que les statues qui nous entourent n'ont guère plus de 200 ans pour les plus anciennes. Car avant la révolution, il n'y avait des statues que pour les saints personnages ou pour le roi.

Les premiers bustes de grands hommes, savants, écrivains, militaires, artistes, ont été exposés dans des lieux clos. Des galeries de bustes dont la raison d'être étaient de glorifier le règne du roi.

L'auteur nous apprend aussi que la question s'est posée de définir ce qu'est un grand homme, un homme illustre, et un héros. Les statues n'ont vraiment commencé à être installées dans les lieux publics qu'à partir du Consulat, la révolution préférant les statues allégoriques.

Pendant la IIIe République leur nombre n'a cessé d'augmenter et ce sont surtout les hommes qui ont été statufiés. Très peu les femmes, l'exception étant la statue de Jeanne d'Arc le personnage le plus statufié! 

Beaucoup de statues ont disparu pendant la seconde guerre mondiale. Elles ont été déboulonnées et fondues pour la récupération du métal, ordre du gouvernement de Vichy. 

Passées de mode un temps, de plus en plus de nouvelles statues voient le jour depuis les années 90. Parmi les dernières en dates, celle de Johnny Hallyday inaugurée en Juin 2018 à Viviers, une statue en résine haute de 3 mètres réalisée par le sculpteur Daniel Georges.

A Dijon, quelques statues méritent au moins un regard sinon une certaine considération : celles de Giuseppe Garibaldi place Garibaldi et dans le parc du Château de Pouilly, Rameau devant le Conservatoire à Rayonnement Régional, celle du grand Saint-Bernard sur la place éponyme, celles du célèbre sculpteur François Rude, celle de Jacques-Bénigne Bossuet au chevet de l'église désacralisée Saint-Jean, ou encore celle d'Alexis Piron tout au fond du jardin de l'Arquebuse.

Et si votre curiosité est piquée,vous savez quoi faire... Il ne vous reste plus qu'à vous plonger dans cet ouvrage étonnant "Un peuple de statues - La célébration sculptées des grands hommes" de Jacqueline Lalouette aux éditions mare & martin. 

Reportage : Caroline Jouret - Isabelle Rivierre - Alexis Viloin
Montage : Cécilia Ngoc

Jacqueline Lalouette parle de son livre au micro de Marc Olivier Baruch, directeur d’études à l’EHESS.
 

Un exemple à Dijon
Dijon : un peuple de statues


 

Sur le même sujet

General Electric : l’intersyndicale dépose une plainte sur l’état psychologique des salariés de Belfort

Les + Lus