Présidentielle 2022 : "je ne comprends pas le choix des Français", les militants du RN à Dijon sonnés par le résultat

Publié le

Le second tour des élections présidentielles s'est déroulé dimanche 24 avril. A Dijon, les militants de Côte-d'Or du Rassemblement National ont passé la soirée du scrutin dans un restaurant de la ville. La déception était générale à l'annonce du résultat.

Au quartier général du Rassemblement National de Côte-d'Or, dimanche soir à 20 heures, la révélation du nom d'Emmanuel Macron comme nouveau Président de la République a été accueilli comme une douche froide par les militants du Rassemblement National

L'espoir d'une victoire jusqu'au bout

A l'annonce du résultat (E.Macron 58,5 % - M.Le Pen 41,5 %) une militante ne cache pas sa déception : "Je ne comprends pas le choix des français, on a passé 5 ans avec un président qui méprise le peuple, qui n’a rien fait pour nous, qui n’a pas su entendre, qui a vu les gens descendre dans la rue, qui ne les a pas écoutés."

Une autre relève : "le score est mieux qu’en 2017, mais complètement déçue. Les français n’ont rien compris."

Les militants envisagent déjà la suite, et le scrutin des élections législatives : "On va se battre pour les législatives, pour que M.Macron n’ait pas la majorité à l’Assemblée Nationale"

3ème élection, et 3ème échec

C'est la 3ème fois que Marine Le Pen représente le Rassemblement National en se présentant à l'élection présidentielle. Ce 3ème échec n'apparaît pas pour les militants de Côte-d'Or comme un problème de personne. Un militant est convaincu : "Avec elle, c’est la meilleure honnêtement ! On le voit, elle est encore plus haut qu’il y a 5 ans. Dans 5 ans, si c’est pas à nous, c’est à qui ?"

Quant à la candidate du Rassemblement National, René Lioret, délégué départemental du RN de Côte-d'Or, estime qu'il ne faut pas en changer : "Marine Le Pen est la très bonne candidate, elle l’a prouvé. On l’a mille fois enterrée, comme elle l’a dit. On l’a donnée perdante, on l’a donnée même absente du second tour.  Elle a gagné face à Eric Zemmour, elle a gagné face à Valérie Pécresse, elle a gagné face à Jean-Luc Mélenchon, je ne vois pas aujourd’hui quel pourrait être le meilleur candidat ou meilleure candidate qu’elle".

Le délégué départemental du parti note que le résultat historique de cette élection présidentielle permet de maintenir l'espoir : "on progresse de 8 à 9 points, ça veut dire qu’on arrivera au pouvoir [...] et là nous souhaitons influer beaucoup sur ce gouvernement. Pourquoi pas aux élections législatives, prendre le gouvernement ? Ca n’est pas non plus hors de portée."

Les élections législatives demeurent donc une source d'espoir pour le Rassemblement National : dimanche soir, Marine Le Pen est arrivée en tête dans 5 des 15 circonscriptions de la région.