• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Avec sa moto médicalisée, un Dijonnais veut rendre les interventions d'urgence plus efficaces

Francis Pouget travaille depuis plus de deux ans sur son projet de moto médicalisée. / © Nathalie Zanzola / France 3 Bourgogne
Francis Pouget travaille depuis plus de deux ans sur son projet de moto médicalisée. / © Nathalie Zanzola / France 3 Bourgogne

Francis Pouget développe depuis deux ans à Dijon son idée de moto médicalisée. Nous l'avons rencontré en marge des Coupes Moto Légende au circuit de Dijon-Prenois. Il nous présente son projet.

Par Matti Faye

Intervenir plus vite sur les situations d'urgence. Voilà en quelques mots l'objectif de la moto médicalisée développée par Francis Pouget.

L'ancien gendarme a créé sa société à Dijon, Moto-urgence 21, il y a deux ans. Il a entièrement conçu sa moto-urgence qui intègre tout l'équipement nécessaire. Trousse de premiers secours bien sûr, mais aussi défibrillateur, électro-cardiogramme, respirateur. Tout est bien rangé dans les sacoches de la moto pour intervenir au plus vite.

Tout l'équipement est rangé dans les sacoches de la moto. / © Nathalie Zanzola / France 3 Bourgogne
Tout l'équipement est rangé dans les sacoches de la moto. / © Nathalie Zanzola / France 3 Bourgogne

L'idée ne lui est pas venue de nulle part. Le Dijonnais s'est inspiré d'autres pays européens comme le Royaume-Uni ou l'Allemagne où les motos médicales existe déjà depuis plus de dix ans. À quelques différences près.

"Là bas, ce sont les médecins qui pilotent les motos, précise-t-il. Cette solution n'est pas adaptée pour les secours français, parce que le médecin doit suivre le patient dans l'ambulance s'il a besoin d'être hospitalisé. Qu'est-ce qu'on fait de la moto dans ce cas-là ?"

Le médecin prend donc la place du passager sur la moto-urgence. Il peut ainsi être sur place plus vite qu'avec une ambulance. La moto se faufile dans la circulation et permet de gagner un temps précieux, notamment en ville. "Sans notion de vitesse, l'intervention d’une moto médicalisée en secteur urbain fait gagner 7 à 11 minutes sur un trajet", détaille-t-il.

Pour des raisons d'autorisations, sa moto encore unique en France ne peut pas encore partir en intervention avec le Samu. Elle ne sert pour l'instant que pour assurer la sécurité d'événements. Francis Pouget encadrait par exemple ce week-end le rallye moto de Côte-d'Or organisé lors des Coupes Moto Légende, entre le circuit de Dijon-Prenois et le château de Bussy-Rabutin.

© Nathalie Zanzola / France 3 Bourgogne
© Nathalie Zanzola / France 3 Bourgogne

Bien sûr, il voudrait pouvoir intervenir avec les services d'urgence. Il est à la recherche d'un centre de secours qui accepterait de l'accueillir pendant quelques semaines afin de faire des vrais tests de départs en intervention.

Au delà du temps gagné pour arriver sur place, Francis Pouget affirme que sa moto permettrait de faire d'importantes économies. "25% des interventions SAMU ne nécessitent pas d'hospitaliser le patient, explique-t-il. L'utilisation d'une moto à la place d'une ambulance pourrait permettre d'optimiser les moyens de secours à engager sur les interventions."

Francis Pouget a investi 30 000 euros, via un crédit, pour développer son idée. Il a récemment lancé un financement participatif pour soutenir son projet.

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus