VIDÉO. Un paraplégique arrive à remarcher grâce à la force de ses pensées

Une avancée scientifique majeure. Des chercheurs franco-suisses, dont un neuroscientifique dijonnais, Grégoire Courtine, ont permis à un paraplégique de marcher par la force de ses pensées. Des implants posées sur son cerveau et sa moelle épinière permettent de décoder ses pensées et de les traduire en actes.

T-shirt noir, jean clair, Gert-Jan Oskam est assis sur son fauteuil roulant. Paraplégique depuis 12 ans, après un accident de vélo, ce Néerlandais tient un déambulateur devant lui. En poussant sur ses bras, il arrive à se lever et à marcher. Un petit miracle réalisé grâce la force de son cerveau et la technologie.

Une équipe franco-suisse du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), de l’École polytechnique, de l’Université et du CHU de Lausanne publie ce mercredi 24 mai une étude sur son travail. En assemblant deux technologies, les scientifiques ont réussi à rétablir la communication entre le cerveau de Gert-Jan Oskam et sa moelle épinière. 

Dix ans de travail

Parmi les chercheurs à l’origine de la prouesse, le Dijonnais Grégoire Courtine. "Voir cette technologie pouvoir permettre à quelqu'un comme Gert-Jan, paralysé depuis dix ans, de bouger ses jambes volontairement, avec ce sourire au visage, c'était une grande récompense", salue le neuroscientifique chez nos confrères de France Inter. Un résultat, fruit de presque 10 ans de recherche par l’équipe franco-suisse.

Concrètement, deux implants ont été posés à la surface du cerveau du Néerlandais de 40 ans. Un autre sur sa moelle épinière. Car la moelle épinière commande de nombreux mouvements en prolongeant les ordres venus du cerveau.

Les électrodes placées sur le patient ont permis de rétablir le contact et permettent de décoder les signaux électriques produits par le cerveau lorsque Gert-Jan Oskam pense à marcher. Ainsi, quand il pense à avancer, des algorithmes permettent de capter son activité cérébrale et de la traduire en acte. Le tout en 300 à 400 millisecondes.

"Il marche lentement, aussi du fait de la technologie : ce 'miracle technologique' doit être mis en musique pour permettre de décoder son attention, l'envoyer à un stimulateur de la moelle épinière", détaille Grégoire Courtine. "Nous avons développé un pont digital sans fil entre le cerveau et la moelle épinière en utilisant la technologie BCI qui transforme la pensée en action", précise-t-il dans un communiqué.

Après cette première mondiale, l’équipe de scientifiques veut aller plus loin et notamment restaurer la fonction des bras et des mains. Elle veut également pousser son dispositif pour permettre à Gert-Jan-Oskam de marcher sans déambulateur.