La forêt de Val Suzon pourrait bientôt devenir une “forêt d'exception”

La forêt du Val Suzon au nord-ouest de Dijon a posé un dossier de candidature pour être labellisée "forêt d'exception" par l'ONF (Office national des forêts). 7 forêts de la métropole française possèdent déjà ce label; au total elles devraient être 19 à le revendiquer. 

Par Muriel Bessard

La demande de labellisation de la forêt du Val Suzon comme « forêt d’exception » a fait l’objet d’un dossier monté par plusieurs acteurs locaux (l’ONF, les collectivités locales, des associations environnementales…). Un comité devrait venir en automne pour faire le point sur cette candidature et attribuer ou non ce label.

Le Val Suzon : une forêt d'exception en Bourgogne ?
C'est peut-être pour bientôt. La forêt domaniale du Val Suzon, déjà connue pour la diversité de ses paysages, et sa flore remarquable, pourrait obtenir le label national Forêt d'exception. Pourquoi et qu'est ce que cela va apporter à ce site déjà sous haute protection. Réponses avec Anne Berger, Lucie Dénechaud et Chantal Gavignet avec Marlène Treca, chef de projet à l'ONF et Catherine Louis, maire de Val Suzon. et présidente de la Communaturé de communes Forêts, Seine et Suzon. - France 3 Bourgogne

Qu’est-ce qu’une forêt d’exception ?

Ce label créé en 2008 par l’Office national des forêts est destiné à identifier des forêts domaniales où la gestion a été particulièrement remarquable et où des actions de développement seront mises en œuvre. Le but n’est pas de « protéger » mais bien de mettre en valeur. Le label est attribué pour 5 ans. 19 forêts françaises devraient recevoir ce label dont celle du Val Suzon en Côte-d’Or.
La charte des forêts d’exception de l’ONF précise que les forêts domaniales d’exception sont celles où des acteurs locaux sont engagés dans une démarche commune en matière économique, écologique et social (ce qu’on appelle une « gestion durable »). Ces forêts sont considérées comme un symbole de la richesse historique, culturelle et environnementale, les 19 forêts labellisées constitueront donc un réseau représentatif de la richesse et de la diversité du patrimoine forestier français. Dans ces forêts, des projets de développement économique seront créés centrés sur des pratiques d’accueil, de tourisme durable et de gestion des milieux.

Quels sont les atouts de la forêt du Val Suzon ?

La forêt du Val Suzon couvre 2100 ha. Elle a gardé un caractère sauvage malgré sa proximité avec Dijon (elle est située à une 20aine de km au nord-ouest de la préfecture de Bourgogne). Cette forêt dispose d’une exceptionnelle diversité de paysages naturels, elle abrite une flore et une faune très variées. Surnommée la « petite Suisse bourguignonne », la forêt du Val Suzon est considérée comme l'une des vallées les plus remarquables sur le versant rhodanien de la Bourgogne calcaire », elle fait partie du réseau Natura 2000.

Quelles ont les 19 forêts qui deviendront forêts d’exception ?

  • La forêt de Bercé, dans le sud de la Sarthe, est un massif de futaies de chêne sessile produisant un bois d’une qualité mondialement reconnue. Il est considéré comme le « poumon vert » de la vallée du Loir. Les vallons, les routes forestières qui se rejoignent en étoile et un patrimoine culturel et naturel de grande valeur, en font un ensemble au fort potentiel de développement.
  • La forêt de Compiègne en Picardie, abrite de nombreuses espèces  menacées (de la faune et de la flore). Elle est en outre un « exemple typique d'un massif forgé par l'action de l'homme et le fruit de l'histoire » explique l’ONF. Ses hautes futaies de hêtres et de chênes de grande valeur n, font également un massif à fort potentiel économique.
  • La forêt de Fontainebleau est la 1ère forêt labellisée « d’exception » depuis juin 2013. Elle couvre 20.000ha à 60km de Paris.  Grâce à cette proximité et à une grande diversité de paysages et d’écosystèmes, elle attire depuis longtemps les contemplatifs (les peintres de Fontainebleau au XIXe siècle), les naturalistes et chercheurs, les sportifs (grimpeurs, promeneurs, cyclistes...). Elle fait l’objet d’une gestion particulièrement rigoureuse depuis le XIXème afin de concilier les diverses activités de loisirs avec la protection de la biodiversité et d'un patrimoine géologique riches, et la production de bois.
  • La forêt de la grande Chartreuse. C’est la plus grande forêt domaniale des Alpes avec 8.500ha. C’est grâce à ses nombreux atouts qu’elle a été labellisée : elle regroupe des paysages et des écosystèmes très variés (pâturages, pelouses sèches, prairies alpines, falaises… et de nombreuses espèces d’arbres, elle abrite une faune et une flore d’une grande diversité, elle fournit du bois de qualité, c’est un haut lieu de mémoire et d’histoire et, préservé par les moines chartreux et les gestionnaires, elle est un lieu de loisir prisé des habitants des grandes villes proches (Grenoble, Chambéry et Lyon). 
  • La Montagne de Reims regroupe 3 forêts domaniales (Verzy, le Chêne à la Vierge et Hautvillers). Ces coteaux de Champagne, proches des villes de Reims, Châlons-en-Champagne et Epernay sont très fréquentés, notamment grâce à la présence des étonnants Faux de Verzy (des hêtres tortillards).
  • Les forêts de Rouen : la métropole de Rouen dispose de 3 forêts  domaniales (Roumare, Verte et La Londe-Rouvray) qui permettent à ce territoire très peuplé de disposer d’un poumon vert. Ces forêts sont des témoins de l’histoire de la région (elles abritent de nombreux vestiges archéologiques et historiques). L'architecture normande traditionnelle, la construction navale et la faïence rouennaise ont également fait du bois une source d'exploitation massive portant l'essor économique de la ville.
  • La forêt de Verdun a été créée après la 1ère guerre mondiale par l’Etat qui souhaiter conserver ainsi la mémoire de ce conflit et particulièrement de la terrible bataille de 1916 au cours de laquelle des milliers de soldats français et allemands ont été tués ou blessés et 9 villages détruits. La forêt abrite des espaces dédiés au souvenir ou commémoratifs comme l'ossuaire de Douaumont, le Mémorial de 1966, ou la tranchée des baïonnettes.

Les forêts publiques françaises

Les forêts publiques couvrent 4,6 millions d'hectares en métropole et 8 millions d’ha en Outre-Mer. En métropole, elles représentent ¼ des forêts, le reste appartenant à des privés. Elles sont toutes gérées par l’ONF. Elles se déclinent en forêts publiques domaniales (elles sont 1317 et appartiennent à l’Etat) et non domaniales (elles sont 15.600 et appartiennent à des communes, départements, établissements publics…).
Une partie de ces forêts publiques (1,4 million d’ha) sont inclus dans le réseau Natura 2000 qui vise à protéger les oiseaux et les habitats. Les territoires du réseau Natura 2000 font l’objet de contrôles pour vérifier que les actions d’aménagement ou de développement n’auront pas d’impact sur les espèces protégées.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus