Législatives 2024 : du Nouveau Front Populaire au RN, qui sont les 15 nouveaux députés de Bourgogne ?

À l'issue d'élections législatives marquées par une déferlante du Rassemblement National, la Bourgogne envoie 15 nouveaux députés à l'Assemblée nationale. La liste complète de vos nouveaux élus dans cet article.

14 circonscriptions restaient à conquérir en Bourgogne lors du second tour des législatives anticipées, ce dimanche 7 juillet. Pas moins de 30 candidats du Rassemblement National (RN) au Nouveau Front populaire (NFP), en passant par le camp présidentiel et la droite, briguaient les sièges de députés de Côte-d'Or, Nièvre, Saône-et-Loire et Yonne. Voici la liste de ceux qui ont été élus.

Première circonscription de Côte-d'Or : Océane Godard (Nouveau Front Populaire)

Elle avait fait figure d'exception au premier tour : Océane Godard, candidate du NFP dans la première circonscription de Côte-d'Or, était la seule candidate de gauche à se hisser en tête du scrutin dans la région. Elle avait alors réuni 29,2% des voix, devançant le député sortant (Ensemble) Didier Martin de deux points à peine.

Avec 37,15% au second tour, elle devient pour la première fois députée, dans cette circonscription qui regroupe les cantons de Dijon et Fontaine-les-Dijon. Âgée de 41 ans, elle siège à la fois au conseil municipal de Dijon et dans le groupe majoritaire au Conseil régional, dont elle est vice-présidente. À la région, elle participe notamment à la commission responsable des lycées, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Deuxième circonscription de Côte-d'Or : Catherine Hervieu (NFP)

Catherine Hervieu était arrivée deuxième dans cette circonscription au premier tour, avec 27,67% des suffrages exprimés. Devant le député sortant (Ensemble) Benoît Bordat mais derrière la candidate du RN, elle s'est néanmoins imposée au second tour en récoltant 53,6% des voix.

À 66 ans, elle est élue députée pour la première fois. Elle s'était déjà présentée en 2022 sous l'étiquette Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES) mais s'était inclinée face à Benoît Bordat, candidat à sa réélection en 2024 qui s'est désisté pour éviter une triangulaire. Cette psychologue est également conseillère départementale et conseillère municipale d'opposition à Dijon.

Troisième circonscription de Côte-d'Or : Pierre Pribetich (Nouveau Front Populaire)

Il s'était qualifié au second tour avec près de 30% des voix, derrière le candidat de l'union d'extrême droite mais devant la députée sortante et ministre déléguée chargée des personnes handicapées Fadila Khattabi. Pierre Pribetich remporte donc le siège de député avec 53,15% des suffrages.

Professeur à l'université de Bourgogne, Pierre Pribetich est un figure locale bien connue. Il est adjoint au maire de Dijon et premier vice-président de la métropole dijonnaise. Entre 2007 et 2009, il remplace Pierre Moscovici au parlement européen. Il s'était déjà porté candidat aux législatives de 2017 pour le PS, mais n'avait pas été élu. C'est à 67 ans qu'il effectuera finalement ses premiers pas à l'Assemblée nationale.

Quatrième circonscription de Côte-d'Or : Hubert Brigand (LR)

Député sortant, Hubert Brigand était l'un des seuls candidat LR de Bourgogne (hors alliance LR/RN) à s'être qualifié au second tour. Il avait sept points de retard sur la candidate RN Sophie Dumont au premier tour. Retard qu'il a fini par rattraper : il est élu avec 54% des voix.

Il s'agit du deuxième mandat de député pour lequel Hubert Brigand est élu. À 72 ans, il est loin d'être inconnu du paysage politique bourguignon. Maire de Châtillon-sur-Seine de 1995 à 2022, conseiller municipal depuis près de 30 ans, il fut aussi conseiller départemental de 2008 à 2022 et conseiller régional de 1998 à 2004.

Cinquième circonscription de Côte-d'Or : René Lioret (RN)

Avec 45,3% des suffrages exprimés, René Lioret avait terminé largement en tête au premier tour. Son concurrent principal, le député sortant Didier Paris, accusait un retard de près de 15 points (31%). Une longueur d'avance que le candidat RN n'a pas perdue au second tour. Il est élu avec 50,15%.

Lors de ces législatives 2024, René Lioret affrontait une nouvelle fois son opposant des précédentes législatives - face auquel il s'était alors incliné. Ancien directeur des opérations chez les laboratoires URGO Healthcare, il siège aujourd'hui au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté au sein du groupe RN.

Première circonscription de la Nièvre : Perrine Goulet (Ensemble)

La victoire de Perrine Goulet était loin d'être assurée au soir du 30 juin. Elle accusait plus de 11 points de retard sur son adversaire du RN, Charles-Henri Gallois. La candidate Ensemble est toutefois parvenue à inverser la tendance au second tour, pour se faire réélire avec 53,7% des voix.

À 46 ans, Perrine Goulet a été réélue pour un troisième mandat de députée. Après une première élection en 2017 sous la bannière La République En Marche, nom du parti présidentiel à l'époque, elle avait reçu la confiance des électeurs une deuxième fois en 2022. Elle était, avant d'être élue, responsable système d'information au sein du Centre nucléaire de Belleville.

Deuxième circonscription de la Nièvre : Julien Guibert (RN) 

L'autre circonscription de la Nièvre avait largement plébiscité le candidat RN au premier tour. Avec 44,8% des voix, Julien Guibert se qualifiait avec l'un des plus hauts scores pour son parti en Bourgogne. Il était suivi par le candidat du Nouveau Front populaire, Christian Paul, qu'il a également battu au second tour (54,8% contre 45,2%).

Déjà candidat aux législatives en 2022, Julien Guibert avait été battu par Patrice Perrot, qui ne s'est pas représenté en 2024. Délégué départemental du RN, il est également conseiller régional depuis 2015 et et conseiller municipal de Clamecy depuis 2020.

Première circonscription de Saône-et-Loire : Benjamin Dirx (Ensemble)

Benjamin Dirx était mené de 4 points au premier tour par la candidate du RN, Rachel Drevet. Il avait alors récolté 30,6% des suffrages exprimés. Au second tour, il parvient à s'imposer (60,6%) et retrouve son siège de député.

Comme nombre de députés issus du camp présidentiel en Bourgogne, Benjamin Dirx a été élu une première fois en 2017, puis réélu en 2022. Âgé de 45 ans, il est chef d'entreprise. Il est par ailleurs conseiller municipal de la ville de Mâcon, chef-lieu de sa circonscription.

Deuxième circonscription de Saône-et-Loire : Josiane Corneloup (LR)

La députée sortante Josiane Corneloup était devancée de quatre petits points par le candidat du RN au premier tour. Au second, elle rattrape son retard et récupère son siège de député, avec 58,4% des voix.

Seule LR (hors alliance) avec Hubert Brigand à s'être qualifiée au second tour en Bourgogne, Josiane Corneloup rempile pour un troisième mandat. Cette ancienne pharmacienne avait été élue pour la première fois en 2017. À 64 ans, elle est aussi conseillère départementale de Saône-et-Loire et conseillère municipale de Saint-Bonnet-de-Joux.

Troisième circonscription de Saône-et-Loire : Aurélien Dutremble (RN)

Aurélien Dutremble s'était largement imposé au premier tour (42,7%), devançant le député sortant Rémy Rebeyrotte de près de 10 000 voix. Une forte avance que le candidat Ensemble n'est pas parvenu à combler ce 7 juillet : le RN remporte la circonscription (50,1% contre 49,94%).

Âgé de 46 ans, Aurélien Dutremble est technicien hospitalier de profession. Il s'était déjà présenté aux législatives en 2022 dans la première circonscription de Saône-et-Loire, sans succès. Conseiller régional élu en 2021, il siège au sein de la commission dont dépendent notamment les transports, l'écologie et la santé. il est également conseiller municipal d'opposition à Mâcon.

Quatrième circonscription de Saône-et-Loire : Éric Michoux (LR/RN)

Le candidat de l'alliance d'extrême-droite a recueilli plus de 44% des voix au premier tour. Au second, Éric Michoux s'est de nouveau imposé, battant la députée sortante (NFP) Cécile Untermaier à 54,7% contre 45,3%.

Éric Michoux est chef d'entreprise et fondateur du groupe Galilé, une structure de conseil pour les PME. Il est maire d'Épervans, une commune située à dix kilomètres de Chalon-sur-Saône. Trois fois candidat aux législatives - en 2007, 2012 et 2017 -, il n'avait jusqu'à présent jamais réussi à accéder à l'Assemblée nationale.

Cinquième circonscription de Saône-et-Loire : Arnaud Sanvert (RN)

Le RN est arrivé largement en tête au premier tour, avec 35,1% des voix. Trois autres candidats se sont qualifiés : Fatima Kouriche (NFP), Louis Margueritte (Ensemble) et Gilles Platret (divers droite). Le député sortant issu du camp présidentiel s'est finalement désisté pour faire barrage au RN, ce qui s'est avéré, ce 7 juillet, insuffisant. Le RN s'est imposé avec 40,6% des voix.

Âgé de 40 ans, Arnaud Sanvert est réceptionniste et veilleur de nuit dans un hôtel. Relatif néophyte en politique, jamais élu auparavant, il s'est pourtant présenté à plusieurs élections depuis 2020. Cette année-là, il était candidat aux sénatoriales ; puis, en 2021, aux départementales et régionales, et finalement aux législatives en 2022.

Première circonscription de l'Yonne : Daniel Grenon (RN)

Le député RN sortant Daniel Grenon était arrivé très largement en tête, avec 40,4% des voix lors du premier tour. Il avait alors devancé la candidate du Nouveau Front Populaire, l'écologiste Florence Loury qui avait récolté 25,3% des voix.

Avec  51,4 % au second tour, il devient pour la seconde fois député après avoir été élu lors des élections législatives de 2022. Âgé de 75 ans, cet ancien commerçant siège aussi à l'Assemblée Nationale en tant que membre de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire. Il a été accusé d'avoir tenu des propos à connotation raciste lors d'un débat de l'entre-deux tours, et a été désavoué publiquement par le président du RN, Jordan Bardella, qui a indiqué que Daniel Grenon ne siègerait pas avec le groupe RN s'il était élu.

Deuxième circonscription de l'Yonne : Sophie-Laurence Roy (LR/RN)

Là aussi, c'est la candidate LR/RN Sophie-Laurence Roy qui avait fait très largement la course en tête au premier tour avec 44,5% des voix. Ce 7 juillet elle garde son avance et est élue députée face André Villiers, le député sortant Horizons (Ensemble), avec 50,4% des voix. Soit avec seulement quelque 400 voix d'avance sur son adversaire.

Âgée de 68 ans, Sophie-Laurence Roy est avocate et réside à Paris. Depuis 2020, elle siège en tant qu’élue d’opposition à Flogny-la-Chapelle. Au soir des européennes, elle a décidé de se lancer dans la course des législatives après l’annonce de l’union des droites par Éric Ciotti. Elle siégera pour la première fois en tant que députée de la deuxième circonscription de l'Yonne.

Troisième circonscription de l'Yonne (Sens - Joigny) : Julien Odoul (RN)

Exception dans cette circonscription : Julien Odoul avait déjà été élu député en 2022. Le porte-parole du Rassemblement National a été directement réélu lors du premier tour le 30 juin dernier en obtenant 50,4 % des suffrages. Très loin devant Nicolas Soret, candidat Nouveau Front Populaire et maire PS de Joigny,  qui avait totalisé 25,5% des voix.

Election après élection, année après année, Julien Odoul a su convaincre une majorité d'électeurs de lui accorder sa confiance. Son portrait à retrouver dans cet article.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité