​​​​​​​Coronavirus Covid-19 : depuis le déconfinement, le marché bio de Quetigny est devenu hebdomadaire

La ville de Quetigny, dans l’agglomération de Dijon, compte sur la prise de conscience suscitée par l’épidémie de coronavirus Covid-19 pour attirer les consommateurs à son marché bio, qui est passé de mensuel à hebdomadaire. C’est le seul en Bourgogne.

Le P’tit marché bio de Quetigny a lieu tous les samedis de 9h à 13h sur la place centrale Roger-Rémond.
Le P’tit marché bio de Quetigny a lieu tous les samedis de 9h à 13h sur la place centrale Roger-Rémond. © Ville de Quetigny

Le confinement mis en place pendant deux mois pour enrayer l’épidémie de coronavirus Covid-19 a bouleversé les habitudes alimentaires des Français. Cela les a amenés à faire leurs courses dans les commerces de proximité et à redécouvrir les producteurs locaux.

"J’espère que les particuliers qui ont découvert qu’ils pouvaient acheter des produits frais près de chez eux garderont cette habitude et qu'ils viendront au marché bio de Quetigny", déclare Benoît Kubiak, chargé de mission "développement durable" à la ville de Quetigny.

Cela fait plusieurs années que cette commune de Dijon métropole mène des actions en faveur du développement durable, de la transition écologique, de l’économie solidaire, etc.
Ainsi, tous les ans, le 3e samedi de septembre, elle organise un grand marché bio qui attire des milliers de visiteurs. Face au succès rencontré, elle a créé en complément un petit marché bio mensuel le samedi, qui depuis peu est devenu hebdomadaire.
Cette nouvelle formule devait entrer en vigueur juste au moment où le confinement a démarré. Il a donc fallu patienter quelques semaines. Mais, c’est chose faite depuis le 16 mai : un marché bio réunissant des producteurs et des artisans a lieu chaque samedi de 9h à 13h sur la place centrale Roger-Rémond.  
 

C’est le seul marché bio régulier de l’agglomération dijonnaise et même de la région Bourgogne. On soutient les producteurs qui sont en conversion et ceux qui sont en train de s’installer en bio le temps qu’ils soient pérennes - Benoît Kubiak, chargé de mission "développement durable" à la ville de Quetigny.

 
© NZ / France 3 Bourgogne



Depuis le déconfinement, il y a eu deux éditions hebdomadaires du marché bio de Quetigny : les samedis 16 et le 23 mai. "Ça redémarre doucement, avec des fruits et légumes, des plantes aromatiques, des épices, du pain, des artisans (textiles, bijoux…)". A partir du mois de juin, il y aura aussi des animations autour du vélo en partenariat avec l’atelier-réparation associatif La Rustine.

"On est très attachés à rencontrer les gens et à échanger avec eux. Au marché de Quetigny, il y a le côté vente, mais aussi le côté relationnel où l’on parle du jardin, des cultures…", explique Christian Gueniffey, maraîcher à la ferme du Bois de Pierre.

C’est aussi l’avis de Jérôme Bruet, qui a créé Les Champs du Destin, un atelier de production de pains et de chocolats bio, à Sacquenay, en Côte-d’Or.
"On ne vient pas à Quetigny dans l’esprit de faire du chiffre ou du volume. On est là pour installer une habitude auprès des consommateurs. Pour nous, ce marché représente seulement une centaine de pièces en pains et la même chose en viennoiseries et en chocolat. Mais, comme la ville de Quetigny est très engagée dans le développement durable et les circuits courts, pour nous c’est très important de faire partie de cette dynamique économique."
 

Cela fait 18 ans qu’on est en bio et en circuit court, c’est donc à nous les anciens de soutenir ces initiatives qu’on juge essentielles à la vie économique comme le marché bio de Quetigny - Jérôme Bruet


 
L'atelier Les Champs du destin produit des pains bio de céréales paysannes à Sacquenay, en Côte-d'Or.
L'atelier Les Champs du destin produit des pains bio de céréales paysannes à Sacquenay, en Côte-d'Or. © Les Champs du destin


Le confinement aura-t-il vraiment modifié les comportements des consommateurs ?
Il est encore trop tôt pour le dire, estiment ces producteurs.

En attendant, le grand marché bio de Quetigny - qui aura lieu samedi 19 septembre - se prépare déjà. "Cette année, on aura comme co-organisateur le GAB 21 (le Groupement des Agriculteurs Biologiques de Côte-d'Or) et on table sur au moins une cinquantaine de producteurs bio comme l’an dernier", précise Benoît Kubiak.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement alimentation agriculture bio agriculture économie agro-alimentaire
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter