VIDÉO. Un camion fonce sur Guy Amalfitano en plein marathon : "j'ai cru que c'était ma dernière heure"

durée de la vidéo : 00h01mn49s
L'ultra-athlète Guy Amalfitano, marathonien amputé d'une jambe, a littéralement frôlé la mort ce lundi 22 mai près de Seurre (Côte-d'Or). Un routier a perdu le contrôle et est passé à quelques centimètres du coureur. ©Maryline Barate/Romain Liboz

L'ultra-athlète Guy Amalfitano, marathonien amputé d'une jambe, a littéralement frôlé la mort ce lundi 22 mai près de Seurre (Côte-d'Or). Un routier a perdu le contrôle et est passé à quelques centimètres du coureur. Le conducteur a été grièvement blessé dans l'accident.

L'histoire est incroyable. Ce lundi 22 mai, une équipe de tournage de France 3 Bourgogne suit le périple de Guy Amalfitano, ce marathonien unijambiste de 59 ans qui s'est lancé le défi de courir 100 marathons en 100 jours. Amputé à cause d'un cancer à l'âge de 17 ans, cet ultra-athlète court avec des béquilles spéciales. Pendant que nous l'attendons en contre-haut de la route pour filmer son arrivée à Seurre (Côte-d'Or), se produit alors l'invraisemblable.

"J'ai vu le camion zigzaguer et foncer sur moi"

Alors que Guy court sur le côté de la départementale à Clux-Villeneuve, face aux voitures, un poids-lourd circulant sur la voie d'en face quitte sa trajectoire. Il freine, met des coups de volant et finit sa trajectoire dans le fossé de l'autre côté de la route... À l'endroit même où Guy Amalfitano est en train de courir. 

Le drame se joue à quelques centimètres, à quelques millièmes de secondes près. L'athlète doit son salut à la vitesse de ses réflexes. "J'ai entendu un crissement. J'ai juste eu le temps de tourner la tête, j'ai vu le camion zigzaguer, j'ai vu la cabine foncer sur moi. J'ai juste eu le temps de sauter dans le fossé."

"Il est passé juste là, là ou j'étais... Il suffisait d'un rien. Je n'aurais pas tourné la tête, je n'étais plus là ! Putain, j'ai cru que j'allais mourir !"

Guy Amalfitano

quelques instants après l'accident

Le reste tient presque du miracle, car Guy s'en sort sans aucune blessure. "Le camion a fusillé ma béquille droite, ça me l'a sectionnée, et j'ai un petit "pète" au pouce, mais j'ai bien cru que c'était ma dernière heure. J'ai eu très peur", nous raconte le marathonien, sonné, quelques instants seulement après l'accident.

"Pose-toi un peu", lui intime son accompagnateur et prothésiste Lionel Auzolle, "parce que là, l'adrénaline..."

"Oui mais je veux retrouver le bout de béquille", répond Guy, encore sous le choc. 

Il faudra plusieurs minutes au coureur pour atterrir. "C'est la première fois que ça m'arrive. C'est incroyable." Guy Amalfitano n'en est pas à son premier ultra-marathon : il a déjà réalisé cet exploit plusieurs fois et n'a jamais eu d'accident. "En plus j'étais du côté gauche de la route, lui était du côté droit, il n'y avait pas de raison que ça arrive."

"Il montre des ressources incroyables"

Après avoir repris ses esprits au bout de quelques minutes, l'ultra-marathonien confie à nos journalistes Maryline Barate et Romain Liboz qu'il ne veut pas lâcher son aventure. "Je suis là, je suis en vie, c'est le plus important. Mais c'est vrai que ce périple est important aussi, donc j'y tiens absolument." Il finit par repartir, avec ses béquilles de marche, pour boucler les 5 km qui lui restent jusqu'à Seurre.

► À LIRE AUSSI : 4 300 km sur une jambe : Guy Amalfitano, l’homme “kangourou” sillonne la France pour aider des associations

"Ça a toujours été un guerrier, et là aujourd'hui avec ce qui vient de se passer, il montre encore des ressources incroyables", s'étonne son accompagnateur Lionel Auzolle. "J'espère qu'il n'y aura pas de contrecoup et que ça ne restera qu'un mauvais souvenir."

"Il est monstrueux. Là, il court avec des béquilles pas confortables, pas moulées à son bras, sans ressorts. Il doit en baver. C'est un exemple pour nous tous." 

Lionel Auzolle

accompagnateur et prothésiste de Guy Amalfitano

Guy a repris son périple à 6 heures du matin

Guy Amalfitano a fini par arriver à Seurre, éreinté par cette course avec des béquilles non adaptées. Mais la journée n'était pas finie : avec Lionel Auzolle, il s'est rendu jusqu'à Mâcon chez un confrère prothésiste qui a accepté de prêter son local pendant la nuit pour faire réparer la béquille de course du marathonien - le morceau manquant a finalement été retrouvé.

Notre équipe a pris des nouvelles ce matin : Guy a terminé sa journée à minuit, et a repris la course... à six heures ce matin. Il court actuellement son 67e marathon d'affilée, entre Pouilly-sur-Saône et Chagny. Vous pouvez suivre son périple en direct via sa balise satellite ici.

L'accident de camion, lui, a été documenté par le Journal de Saône-et-Loire, selon qui le conducteur du poids-lourd a été victime d'un malaise et a été hospitalisé dans un état grave. Un conducteur témoin de l'accident a expliqué qu'il avait vu le camion zigzaguer depuis un moment avant qu'il ne fasse cette sortie de route.