Orages : la grêle ravage des habitations à Meursanges, en Côte-d'Or, "on aurait dit que la maison allait tomber"

La commune de Meursanges, près de Beaune, a été particulièrement impactée ce 11 juillet au soir par les orages et la grêle qui sont tombés en Côte-d'Or. Une cinquantaine d'habitations ont été ravagées par la grêle. D'importants dégâts matériels sont à déplorer.

Alors que les départements de la Côte-d'Or et de la Saône-et-Loire étaient placés en vigilance orange "orages" mardi soir, le village de Meursanges, près de Beaune, fait partie des plus touchés par les intempéries. 

Environ une centaine d'habitations ont été endommagées par la grêle et par la pluie, selon le maire Jean-Paul Roy. Le hameau de Bourguignon a été particulièrement affecté. "On a pris un orage phénoménal, avec des grêlons qui étaient comme une balle de tennis, indique André Bailly, l'un des habitants. J'en ai encore la chair de poule, on aurait dit que la maison allait tomber". Lui se marie par ailleurs le week-end prochain. 

À une heure du matin, une quinzaine d'interventions avaient déjà été réalisées. Une quarantaine de pompiers venant de casernes alentours ont été mobilisés. Un poste de commandement a été installé sur la commune. "Les interventions ne sont pas toujours rapides, parce qu'il fait nuit, et que de temps en temps, il pleut encore", indiquait le commandant des opérations de secours, Luc Dupont.

Faire reconnaître les faits en catastrophe naturelle

► À LIRE AUSSI : Violents orages : Saône-et-Loire et Côte-d'Or, départements les plus foudroyés de France

Ce mercredi matin dans le village, l'heure est encore au recensement des dégâts. Des habitants tentaient déjà de bâcher le toit de leur habitation ou appelaient leur assurance.

La mairie a indiqué qu'elle souhaitait faire une demande pour reconnaître les faits en catastrophe naturelle. "Ce qui m'inquiète le plus, c'est la partie procédure, avec les assurances. C'est un combat compliqué", s'alarme Johany Thibault, un autre habitant impacté. Lui a eu des dégradations sur des bâtiments agricoles et d'habitation, mais aussi sur des panneaux photovoltaïques. "On a déjà eu un épisode similaire il y a deux ans et demi, et on en a eu pour à peu près 40 000 € de réparations". 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité