Covid-19 : “Il y a urgence à manger de fromage de chèvre”, les producteurs cherchent à écouler leurs stocks

© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

La Chambre d'agriculture de Saône-et-Loire a commencé à lister les différents points de ventes de produits locaux du département qui poursuivent leur activité malgré les restrictions liées à la crise sanitaire due au coronavirus. 

Par J.G.

La fermeture d'une grande partie des marchés du pays complique la vente de produits locaux. Mais la crise sanitaire ne signifie pas que les consommateurs sont contraints de cesser de s'approvisionner en produits frais près de chez eux. Pour les aiguiller, la Chambre d'agriculture de Saône-et-Loire a choisi de faire évoluer son site dédié aux producteurs locaux « J’veux du local ». Un outil mis en place depuis un an qui référence les producteurs et les initiatives locales.
 


Ainsi tous les producteurs qui le souhaitent peuvent contacter la chambre et signaler s’ils sont encore en mesure de fournir les consommateurs et sous quelle forme. Ils apparaissent ensuite sur la carte interactive du site internet dans un nouvel onglet intitulé « Covid-19 initiatives locales ».
 


Et les agriculteurs ont fait évoluer leurs pratiques pour continuer à servir leurs clients et tenter de survivre en cette période de crise sanitaire : livraisons à domicile, points de collecte et surtout "drive" à la ferme.

Certains producteurs qui ne proposaient pas, jusque-là, de vente à la ferme s’y mettent pour compenser notamment la fermeture de certains marchés. « Ils mettent en place un système de précommandes en amont et souvent charge eux-mêmes la voiture du client ce qui permet même de ne pas sortir de son véhicule » explique Solène Roux, conseillère "circuits-courts" à la chambre d’agriculture.

Sur la carte spécifique à cette crise sanitaire une quinzaine d’initiatives sont déjà recensées mais ce n’est qu’un début. « Depuis jeudi dernier, 50 contacts ont déjà été pris avec des personnes qui proposent des initiatives dans le département » précise la chambre.
 

Une vitrine pour les producteurs locaux 


Pour Christelle Bonnot, agricultrice à Dettey, c’est une importante « vitrine à l'attention du grand public savoir où ils peuvent s’approvisionner en local », surtout en cette période où certains consommateurs ont perdu leurs repères.

Les producteurs, eux, doivent être très réactifs pour adapter leur système de distribution notamment à cause de la fermeture des marchés « c’est également vrai pour ceux qui passaient par Rungis qui est aujourd’hui également fermé » précise Christelle Bonnot.

"Il y a urgence à consommer du fromage de chèvre !" Christelle Bonnot


Selon elle, la principale difficulté est actuellement pour les producteurs de fromages de chèvres. « C’est la saison du pic de lactation et comme il y a beaucoup de lait ça fait des stocks importants à écouler ». Avec le site internet adapté à cette crise, ils vont pouvoir se faire connaître. « C’est un gros chamboulement pour beaucoup de producteurs. C’est pour cela qu’on fait appel aux consommateurs : il y a urgence à consommer du fromage de chèvre ! ».
 

Des changements pour l'après-confinement


Des agriculteurs qui se questionnent aussi sur l’après-confinement. « Est-ce  que ça ne va pas changer nos modes de consommation ? Est-ce que les nouveaux clients vont ensuite rester ? J’espère qu’il y aura une prise de conscience de nos concitoyens » souhaite l’agricultrice. Des professionnels qui sont donc obligés durant cette période de diversifier leurs réseaux de distribution. Une façon de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier en cas de nouvelle crise…

Une autre carte recense également les marchés. Elle a été adaptée et ne propose plus désormais que les marchés restés ouverts par arrêté préfectoral. 

Nous vous proposons également une carte régionale des marchés encore ouverts. 

 

 

Des agriculteurs qui s'adaptent

Cécile Jacob et Matthieu Hennion sont jeunes agriculteurs à Champlecy entre Charolles et Paray-le-Monial. Leur ferme des Bien Vivants est un élevage caprin en plein pic de production avec de nombreux produits à écouler. Auparavant 40% de leur production de fromage partait pour Rungis et chez des restaurateurs, un réseau de distribution désormais à l’arrêt complet. Il faut donc innover et se réinventer pour écouler leur production de fromages de chèvres.

L’interprofession les incite à diminuer leur production « mais on ne peut pas assumer nos charges si on baisse notre production. C’est sans doute une solution mais pas pour nous, jeunes agriculteurs ». Alors Cécile et Matthieu ont mis en place un drive à la ferme pour rassurer leurs clients « ça permet le moins de contact et c’est aussi plus rapide ».

Et puis les jeunes agriculteurs ont organisé des tournées de livraison Mâcon-Villefranche-Lyon avec une autre ferme, le Domaine des Marguerites. Une nouvelle forme de distribution de leurs produits rendue possible grâce aux réseaux sociaux et la mise en place de points de collectes jusqu’à Lyon. Une première tournée était organisée ce mardi 30 mars. L’occasion de rencontrer « de nouveaux clients très gentils. C’est très enrichissant, ça nous a fait du bien et ça nous a revigoré ». Cependant, pour eux, l’incertitude demeure : « on ne sait pas combien de temps on va pouvoir tenir ». Ils espèrent notamment l'aide des grandes surfaces avec la mise en avant de leur production.  

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus