Covid-19 : Nouveaux transferts de patients. La situation en réanimation se dégrade en Bourgogne Franche-Comté

Ce vendredi 23 avril, la situation est contrastée sur le front de l'épidémie de Covid-19 en Bourgogne Franche-Comté. La baisse significative des taux d'incidence ne se traduit pas dans les services de réanimation des hôpitaux. Le nombre de patients en soins critiques continue d'augmenter.

Pour enrayer l'épidémie de coronavirus Covid-19, des tests PCR sont pratiqués en pratiquant des prélèvements nasopharyngés à l'aide d'écouvillons.
Pour enrayer l'épidémie de coronavirus Covid-19, des tests PCR sont pratiqués en pratiquant des prélèvements nasopharyngés à l'aide d'écouvillons. © François DESTOC / MAXPPP

221 personnes sont prises en charge dans les services de soins critiques (réanimation + soins intensifs) dans les hôpitaux de Bourgogne Franche-Comté ce vendredi 23 avril. Il faut remonter au début du mois de décembre 2020 pour retrouver un tel seuil; signe que la troisième vague est encore loin d'être derrière nous. Sur la seule journée du 22 avril, 19 patients supplémentaires ont dû être pris en charge avec intubatution ou placement sous oxygénation intensive. Ils étaient 17 ce vendredi.

Pour faire face à cet afflux soutenu de patients critiques et prévenir tout risque de saturation des services, de nouveaux transferts de patients ont eu lieu hors de la région. Ce vendredi, "trois patients ont ainsi été transférés (...) d’hôpitaux de Saône-et-Loire et du Doubs, vers des établissements de Nouvelle-Aquitaine" précise l'ARS.

Les hospitalisations stables

Si le nombre de patients nécessitant une prise en charge plus sévère augmente, le nombre global de patients hospitalisés reste stable à l'échelle de la région depuis le début du mois d'avril. Le 6 avril dernier, 1360 patients Covid-19 étaient pris en charge au sein de l'un des hôpitaux de la région. Un chiffre quasi-identique au dernier chiffre connu. 1357 patients Covid en Bourgogne Franche-Comté jeudi 22 avril. 

Dans le détail, la situation peut varier selon les départements. Dans l'Yonne et la Nièvre, la pression épidémique sur les les hôpitaux est toujours plus élevée aujourd'hui que lors des pics des deux premières vagues. A l'inverse, les six autres départements de Bourgogne Franche-Comté ont vu leur situation s'améliorer sensiblement. 

 

Recul du taux d'incidence

Concernant le taux d'incidence (nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants), qui correspond à la circulation du virus au sein de la population, là, l'orientation est à la baisse. A l'échelle de la région, ce taux est passé de 363 cas pour 100 000 habitants à 286 en 7 jours. Soit une baisse d'un peu plus de 20 %. "Le niveau de circulation virale commence à diminuer mais demeure très élevé en Bourgogne-Franche-Comté" ajoute l'agence régionale de santé. 

La Bourgogne Franche-Comté se situe ainsi en dessous de la moyenne nationale. C'est désormais en Côte d'Or que la circulation du virus est la moins intense (226 cas pour 100 000 habitants) et dans le Doubs qu'elle est la plus forte (368/100 000) même si elle est, là-aussi, nettement orientée à la baisse. 

Mais la baisse est à relativisé selon l'ARS.  Elle pourrait être en partie dûe à un "moindre recours au dépistage" cette semaine. Le taux d'incidence reste toujours 5 fois supérieur au seuil d'alerte. 

6720 morts du Covid-19 en Bourgogne Franche-Comté

Selon le décompte fourni par l'agence régionale de santé, 4447 décès liés au Covid-19 sont à dénombrer en Bourgogne Franche-Comté depuis le début de l'épidémie dans les hôpitaux. C'est près d'une centaine de plus que la semaine précédente. 

 2273 autres ont été enregistrés dans des établissements médico-saciaux, essentiellement des Ehpad.

Par ailleurs, plus de 600 000 primo-injections de vaccins ont eu lieu dans la région. "Plus de 53% des personnes de 60 ans et plus et plus de 72% des plus de 75 ans" ont reçu au moins une dose de vaccin dans la région. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19