Crue de la Loire : Digoin est en alerte

La vigilance jaune "crue" a été déclenchée ce samedi 13 juin 2020 sur les deux tronçons de la Loire charolaise et de la Loire nivernaise. Pour autant, la situation reste sous contrôle, notamment à Digoin, où le pic est attendu dans la nuit de samedi à dimanche.

La Loire en crue, sous le pont-canal de Digoin
La Loire en crue, sous le pont-canal de Digoin © mairie de Digoin

C'est un épisode assez classique pour les riverains de la Loire.

Après les intempéries de la fin de semaine, le fleuve voit ses débits augmenter. La sécurité civile indique donc qu'en ce début de week-end, "la Loire charolaise et la Loire nivernaise font l’objet d’une mise en vigilance jaune". D'après Vigicrue, la montée des eaux déjà observée sur la partie amont du bassin de la Loire va se propager sur le tronçon Loire Charolaise.

En effet, dans l'agglomération de Roanne, dans le département voisin, le barrage de Villerest observe une augmentation du débit depuis 5h ce samedi matin pour atteindre 1000 mètres cubes par seconde, une situation qui devrait maintenant se stabiliser. 

En aval, Digoin devrait donc connaitre quelques premiers débordements dans l'après-midi de samedi et la ville devrait atteindre un pic la nuit suivante. Mais la hauteur de la Loire devrait se situer entre 3,50m et 3,80m dans la commune. Joint par téléphone, le maire, Fabien Genet estime que "c'est à 3,70m que l'eau affleure le haut des perrés, place de la Grève", le coeur historique de la cité.

Samedi après-midi, la Loire n'était pas encore à son plus haut niveau
Samedi après-midi, la Loire n'était pas encore à son plus haut niveau © Mairie de Digoin

Les riverains et les agriculteurs alertés

Pas d'inquiétude outre mesure... mais le maire a toutefois déclenché la procédure d'information. Le but est d'avertir les riverains directs, en raison notamment du risque d'inondation des caves par capillarité. La mairie téléphonait également ce samedi à tous les agriculteurs pour qu'ils rentrent leurs bêtes présentes dans les prés où la Loire s'étale lors de tels épisodes. La procédure est désormais quasiment une routine et elle fonctionne bien, explique Fabien Genet. "On a beaucoup moins de problème pour aller récupérer des bêtes avec les pompiers comme c'était encore le cas il y a 5 ou 10 ans", détaille-t-il. Et malgré une certaine sérénité, il reste prudent :

Si ça dépassait 4 mètres, ce serait plus embêtant.

Pour la Loire nivernaise, le Bureau de la Sécurité Civile et de la Défense de la préfecture de Saône-et-Loire prévient qu'à Gilly-sur-Loire, "les niveaux des premiers débordements devraient être atteints en début de nuit, pour un maximum attendu dans la journée de dimanche (entre 3,85 m et 4,68m le matin)". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
inondations météo
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter