Cyclisme : Thibaut Pinot termine une saison délicate en Italie aux Tours d'Emilie et de Lombardie

Thibaut Pinot s'apprête à conclure sa saison, en Italie, avec deux courses en une semaine au Tour d'Emilie, ce samedi 2 octobre, et au Tour de Lombardie, le 9 octobre. La fin d'une année marquée par des soucis physiques, une absence de deux mois et un retour à la compétition prometteur.

Une année à (presque) oublier pour Thibaut Pinot. Le coureur franc-comtois termine sa saison par une tournée en Italie, avec au programme le Tour d'Émilie, ce samedi 2 octobre. Il sera également du voyage pour le Tour de Lombardie, le samedi 9 octobre.

Depuis sa chute lors de la première étape du Tour de France 2020, Thibaut Pinot a connu beaucoup de galères avec des douleurs récurrentes au dos. Son retour sur le devant de la scène a été un long chemin de croix. Une absence de plus de deux mois, cette saison, a même suscité des interrogations sur son avenir.

Le coureur de Mélisey, en Haute-Saône, avait accordé au Parisien en juillet dernier, qu'il avait déjà songé à mettre un terme à sa carrière : "Combien de fois j'ai pété les plombs seul dans ma voiture... il y a même un jour, sur le périphérique parisien, où j'ai fondu en larmes tellement je n'en pouvais plus. (...) J'étais bloqué dans les bouchons pour aller à Paris et je me demandais à quoi tout cela rimait."

"C'était la période la plus compliquée de sa carrière. Son problème physique était une douleur difficile à appréhender. Il ne voyait pas le bout du tunnel. Et ce tunnel a duré presque 12 mois", témoigne Julien Pinot, son frère et entraîneur.

Des performances estivales

Après plusieurs traitements, des semaines de repos puis de travail renforcé, les sensations sont revenues progressivement au cours de l'été. "Je peux désormais allonger mes sorties sur route. C'est une étape importante me permettant de prendre le départ d'une course en pleine possession de mes moyens", écrivait-il au milieu de l'été sur son compte Twitter.

"Il n'est pas encore à 100 % de sa forme physique, je dirais 95 %. Mais il a retrouvé une bonne condition. Depuis trois mois, il a bien enchaîné. Il s'est remis dans un schéma compétitif", analyse son frère.

Cette préparation lui a permis de reprendre un dossard, le 17 août dernier, à l'occasion du Tour du Limousin. Vingtième au classement général, il reprend ensuite la route sur un bitume qu'il connaît bien : la Franche-Comté. Il participe, à quelques jours d'intervalle au Classic Grand-Besançon (5e du classement), au Tour du Jura (16e) et au Tour du Doubs (13e).

Pour confirmer son retour, il termine même à une 7e place satisfaisante au Tour du Luxembourg, à 1'27" du leader.

De beaux plateaux en Italie

Sur les 195 km accidentés qui séparent Casalecchio di Reno et San Luca, le coureur de la Groupama-FDJ aura fort à faire face à des concurrents qui ont préféré le soleil d'Italie aux pavés du Nord, sur le Paris-Roubaix (dimanche 3 octobre). Primoz Roglic, Remco Evenepoel ou encore le vainqueur du Tour de France, Tadej Pogacar, seront ses principaux adversaires.

Pour le Tour de Lombardie, samedi 9 octobre, les mêmes concurrents seront au rendez-vous. Mais il faudra également ajouter Julian Alaphilippe et les vétérans Vincenzo Nibali (vainqueur en 2015) et Chris Froome.

"Je pense que le Tour d'Émilie va lui servir de mise en route. L'objectif, notamment en Lombardie, c'est qu'il puisse être acteur et compétitif", ajoute l'entraîneur. En 2018, Thibaut Pinot, alors peut-être dans la forme de sa vie, avait remporté le Tour de Lombardie, dernier "monument" de cette saison.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cyclisme sport thibaut pinot