Marie-Guite Dufay réélue présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, 4 vice-présidences pour ses alliés

Le nouveau conseil régional désignait ce vendredi 2 juillet son nouvel exécutif. La liste conduite par Marie-Guite Dufay a remporté 42,2 % des voix au second tour et a logiquement été réélue. Les écologistes décrochent deux vice-présidences, le parti communiste une seule.
Marie-Guite Dufay élue présidente du conseil régional de Bourgogne avec les 57 voix de sa majorité.
Marie-Guite Dufay élue présidente du conseil régional de Bourgogne avec les 57 voix de sa majorité. © Vincent Thollet / France Télévisions

La séance d'installation de la nouvelle assemblée débutera à 14h30 ce vendredi 2 juillet au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon (Côte d'Or). Les 100 élus désignés dimanche 27 juin ont pris place. 

C'est la doyenne de l'Assemblée, Jacqueline Bramant, élue communiste de Saône-et-Loire qui préside cette première séance. 

Marie-Guite Dufay élue présidente avec 57 voix sur 100

À l'ordre du jour, l'élection à la présidence du conseil régional. Marie-Guite Dufay était candidate "au nom des 3 groupes de la majorité" de gauche (écologiste, socialiste et communiste). Elle recueille les 57 voix de sa majorité et est élue présidente dès le premier tour. 

Face à elle, Julien Odoul était candidat pour le Rassemblement national. Il a recueilli 18 voix, soit autant que le nombre d'élus de son groupe. Gilles Platret était également candidat à la présidence. Il a obtenu 16 bulletins alors que son groupe compte 18 élus. On compte également 2 votes nuls et 7 blancs. 

A sa place de présidente, Marie-Guite Dufay prend la parole. "C'est avec une grande émotion que je m'adresse à vous." Elle a fait part de son émotion personnelle et a rendu hommage avec un ami "très cher" perdu pendant la campagne ainsi qu'à l'ancienne ministre socialiste Paulette Gunchard décédée le 4 mars dernier. 

La présidente adresse"une forte pensée" pour les salariés de l'entreprise MBF. "Nous restons à leurs côtés pour contribuer à l'effort de rebond et de reclassement et pour attirer sur Saint-Claude de nouvelles entreprises." Elle décline ensuite les grandes lignes de son projet par thématique.

15 vice-présidents

Les élus devaient également désigner lesquels d'entre eux siègeront à la commission permanente. 33 membres peuvent être désignés pour siéger dans ce mini-conseil régional qui, comme son nom l'indique, se réunit de manière régulière pour trancher les affaires courantes. Ils sont élus proportionnellement à leur poids dans l'assemblée.

Le conseil régional a ensuite élu ses vice-présidents. C'est un enjeu important qui reflète les équilibres au sein de la majorité de gauche. Finalement, Michel Neugnot conserve son poste de 1er vice-président en charge des transports. C'est l'un des principaux budgets du conseil régional. 

Deuxième vice-présidente, Laëtitia Martinez, élue du Creusot hérite d'un large porte-feuille (enseignement supérieur, recherche, égalité réelle et laïcité). Nicolas Soret, le maire de Joigny (Yonne) est élu 3e vice-président en charge des finances, du développement economique. 

Coté alliés, les écologistes déccrochent deux vice-présidences, comme prévu par l'accord conclu entre les deux tours. Stéphanie Modde sera vice-présidente aux Transitions et Sarah Persil en charge de la jeunesse et des associations.

Isabelle Liron , élue communiste de la Nièvre sera vice-présidente en charge de la formation. Et Patrick Molinoz (PRG) hérite de la transition numérique et de l'action internationale. 

Le détail des vice-présidences : 

Au total, 9 vice-présidents sont bourguignons, six franc-comtois, sans compter la présidente.

Une matinée d'installation

Ce matin, l'heure était aux séances photos pour les nouveaux élus et à l'installation technique. 

 

Quelles place pour les écologistes da la majorité ?

Les écologistes avaient choisi de partir seuls au premier tour de l'élection. Après avoir recueilli 10,3% des voix, la liste conduite par Stéphanie Modde a fusionné avec celle de Marie-Guite Dufay. Mais l'accord signé prévoit plusieurs sujets (aéroport, LGV, nucléaire...) sur lesquels les huit élus écologistes ne voteront pas les mesures proposées par la majorité. Avec huit voix en moins, ils peuvent avoir une minorité de blocage qui obligerait la majorité à faire passer certaines mesures grâce aux voix d'élus d'opposition. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région bourgogne franche-comté politique fusion des régions réforme territoriale marie-guite dufay élections régionales 2021 élections