Régionales 2021. Qui est Marie-Guite Dufay, réélue à la tête de la région Bourgogne-Franche-Comté ?

Marie-Guite Dufay, présidente sortante de la région Bourgogne-Franche-Comté a été réélue à la tête de notre région ce dimanche 27 juin. Quel est son parcours ? Qui est-elle ? La réponse dans cet article.

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.
Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté. © Lionel VADAM/MaxPPP

C'est un visage évidemment très connu dans notre région, en tout cas pour ceux qui suivent la politique. Marie-Marguerite Dufay, de son vrai nom, a été réélue ce 27 juin à la tête de la Bourgogne-Franche-Comté avec 42,2% des voix, devant Gilles Platret (LR/UDI/DLF) - 24,2% et Julien Odoul (RN) - 23,8%, sur une liste fusionnée avec l'écologiste Stéphanie Modde. "Les choses ne sont pas terminées. Ce n'est pas le moment de lâcher le cap" avait déclaré la candidate PS, associée au PCF, sur notre plateau lors du premier débat rassemblant les sept engagés dans cette élection. L'élue socialiste va donc pouvoir continuer à tenir le cap de la région BFC six ans de plus. 

Présidente de la région Franche-Comté depuis 2008, puis présidente de la nouvelle région fusionnée avec la Bourgogne depuis le 4 janvier 2016, Marie-Guite Dufay connaît son territoire par coeur ou presque. "Notre région par coeur", c'est d'ailleurs le slogan qu'elle avait choisi pour battre campagne lors de ces élections 2021. Qui est-elle ?

Née à Paris en 1949, elle grandit dans le Cantal. Après des études de sciences politiques à Paris, elle rejoint la Franche-Comté en 1971 et investit les services de la préfecture puis le centre d’Information des Femmes où elle s’occupe plus particulièrement de formation et d’insertion. Ensuite, elle devient cadre de l'ANPE, désormais rebaptisée Pôle Emploi. Là-bas, elle est notamment en charge du reclassement des salariés licenciés économique. Mère de trois enfants, elle est mariée à un avocat de profession. 

Marie-Guite Dufay au stade Bonal à Sochaux, en 2010.
Marie-Guite Dufay au stade Bonal à Sochaux, en 2010. © Lionel Vadam / MaxPPP

"Ma responsabilité est d'être dans ma Région"

Sa carrière politique démarre en 1989 lorsqu'elle devient conseillère municipale de Robert Schwint, ancien maire de Besançon. Ce n'est que quatre ans plus tard qu'elle rejoint le Parti socialiste. En 2001, Jean-Louis Fousseret, alors premier magistrat de la capitale comtoise la nomme quatrième adjointe. Elle devient également vice-présidente du Centre communal d'action sociale. Son entrée au Conseil régional de Franche-Comté se fait sous la présidence de Raymond Forni, en 2004. A l'époque, elle s'occupe du développement économique, de l'emploi et de l'économie sociale et solidaire, alors que ce concept est encore peu connu du grand public. Lorsque Raymond Forni décède d'une leucémie foudroyante en 2008, durant son mandat, c'est elle qui prend l'intérim pendant 20 jours. A la suite de celle-ci, elle est élue présidente du Conseil régional de Franche-Comté, le 24 janvier 2008. S'en suivent ensuite deux réélections, jusqu'à nos jours.

Soutien du président Emmanuel Macron en 2017 lors de l'élection présidentielle, elle se positionne en faveur de la liste d'union de la gauche de l'écologiste Anne Vignot, lors des élections municipales à Besançon. En juillet 2020, selon France Bleu, elle est approchée pour faire partie du gouvernement de Jean Castex, en pleine crise sanitaire liée au coronavirus. "Je pense aujourd'hui que ma responsabilité est véritablement d'être dans ma Région pour le construction du plan de relance de notre économie auquel je m’attelle pendant tout l'été" explique-t-elle.

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.
Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté. © Lionel VADAM/MaxPPP

Une campagne électorale dynamique

La présidente s'est montrée active et volontaire pendant la campagne électorale, pourtant amputée de grands rassemblements en raison des mesures sanitaires liées au Covid-19, défendant un bilan dont elle se dit "fière". Meetings virtuels, déambulations sur les marchés de la région, visites en tout genre aux quatre coins du territoire, Marie-Guite Dufay a défendu son oeuvre face à des adversaires critiques, qu'ils soient de droite et ou de gauche.

Elle s'est également positionnée sur des dossiers importants en rencontrant plusieurs fois les protagonistes, comme par exemple les salariés de l'usine MBF à Saint-Claude, devenue le théâtre d'une conquête politique. "Quelqu’un comme Marie-Guite Dufay, ça fait un moment qu’on discute avec elle" nous avait d'ailleurs expliqué Nail Yalcin, responsable CGT début juin, avant de voir son entreprise placée en liquidation judiciaire. 

Niveau communication, la liste de la présidente sortante n'a pas non plus démérité. En effet, comme le rapportait notre article, Marie-Guite Dufay a fait office de bonne élève, contrairement à ses rivaux, concernant la publication et la diffusion au public de son programme politique pour les régionales 2021. Une centaine de propositions ont été déclinées en neuf thématiques faisant de son site internet de campagne le portail le plus complet à cinq semaines du premier tour d'une élection traditionnellement peu suivie par l'opinion public. 

Sa "famille" à gauche

Elle était la favorite pour remporter cette élection. Néanmoins, contre toutes attentes, elle caracole en tête dès le premier tour des élections régionales 2021, devant Julien Odoul du Rassemblement National, pourtant donné en tête du premier tour dans les sondages. Elle décide alors de lancer un appel à la gauche "sa famille" et tourne le dos à La République en Marche, bien consciente que sa réélection ne pourra avoir lieu que grâce aux voix de citoyens de gauche, hostiles à la politique du président Emmanuel Macron.

Marie-Guite Dufay, associée dès le départ aux communistes, annonce la fusion de sa liste avec celle de Stéphanie Modde (EELV), dès le lendemain du premier tour. Elle remporte finalement l'élection largement avec 42,2% des voix. 

"Je suis partagée entre ce sentiment de très grande responsabilité et la joie du travail accompli. J'ai voulu une alliance dès le début. Elle n'a pas été possible au premier tour, je l'ai donc fait au deuxième. Elle a payé. La dynamique de premier tour s'est prolongée grâce à l'alliance qu'on a nouée et je remercie tous ceux qui m'ont fait confiance. Le programme que j'ai eu pour le premier tour est quasiment le même pour le second tour, avec quelques ajouts, quelques compléments mais nous n'avons pas modifié nos engagements. Ce sont des belles alliances pour une région plus forte en matière de solidarité, et on en a besoin en matière de transition écologique aussi, car c'est une priorité absolue" a-t-elle déclaré après sa victoire.

A 74 ans, Marie-Guite Dufay reste à la tête de la région Bourgogne-Franche-Comté pour six années supplémentaires. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique élections régionales 2021 élections région bourgogne franche-comté fusion des régions réforme territoriale