Commémorations du 11-Novembre : un hommage rendu à Damien Boîteux, premier soldat français mort au Mali

Le monument aux morts en hommage aux 549 militaires français décédés en opérations extérieures. / © Ludovic Marin/AFP
Le monument aux morts en hommage aux 549 militaires français décédés en opérations extérieures. / © Ludovic Marin/AFP

Un hommage a été rendu, ce lundi 11 novembre 2019, aux militaires français morts en opérations extérieures. Parmi eux, Damien Boîteux, pilote d'hélicoptère, originaire du Doubs, tué au Mali en janvier 2013.

Par Mary Sohier

Six soldats de bronze, en colonne par trois, ont été érigés au cœur du parc André-Citroën, dans le XVe arrondissement de Paris. Emmanuel Macron a inauguré, ce lundi 11 novembre 2019, le monument aux morts dressé en hommage aux 549 militaires morts loin du territoire français depuis 1963
Parmi ces 549 noms, figure celui de Damien Boîteux. Sa mort avait suscité une profonde émotion au Russey (Doubs), d'où il était originaire, et dans toute la région. Le 11 janvier 2013, quelques heures après le déclenchement de l'opération des forces françaises au Mali, le lieutenant Damien Boîteux, âgé de 41 ans, est touché par un tir ennemi alors qu’il était à bord d’un hélicoptère à Mopti. Il appartenait au 4e RHFS (hélicoptères des forces spéciales), engagé dans l'opération Serval menée par la France dans ce pays africain.

"Il a fait son travail en risquant sa vie"

Le militaire français a passé toute son enfance dans le village du Russey (Doubs), 2.054 habitants et a passé son bac à Pontarlier. 
Damien Boiteux, soldat français tué au Mali en janvier 2013. Il avait grandi au Russey. / © Droits réservés
Damien Boiteux, soldat français tué au Mali en janvier 2013. Il avait grandi au Russey. / © Droits réservés
"Il a fait son travail en risquant sa vie pour la paix", confiait sa mère, Marie-Claire Boiteux. "Ce premier mort pour la France sur ce nouveau front endeuille toute la communauté nationale mais tout particulièrement notre département du Doubs dont il est issu", a indiqué dans un communiqué, en 2013, le président du conseil général du Doubs, Claude Jeannerot.

Damien Boiteux a laissé son nom à une rue du Russey ainsi que sur deux plaques commémoratives à l’intérieur de l’église et sur le monument aux morts du village.
Lors de l'hommage national le 15 janvier 2013, le premier ministre Jean-Marc Ayrault a salué "l'engagement" et le "courage exceptionnel" de l'officier.
Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, aux Invalides devant le cercueil de Damien Boîteux. / © Jacques Demarthon/AFP
Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, aux Invalides devant le cercueil de Damien Boîteux. / © Jacques Demarthon/AFP

Sur le même sujet

Les + Lus