Besançon : le Doubs se colore en vert, une grotte vieille de deux millions d'années livre ses secrets

A Besançon, une ancienne grotte menant vers un puits de 15 mètres a été découverte sur le chantier de construction de l'écoquartier Vauban. Les hydrogéologues tentent de mieux la connaître. Ils ont versé du colorant fluo dans la faille. Et ce jeudi 30 juillet, la rivière a parlé. 

Le Doubs se colore en vert, de la fluorescéine a été injectée dans une faille découverte sur un chantier à Besançon.
Le Doubs se colore en vert, de la fluorescéine a été injectée dans une faille découverte sur un chantier à Besançon. © P.Reilé
Des traces vert fluo dans le Doubs. Rassurez-vous, rien d'inquiétant. C'est de la fluorescéine, (un colorant sans danger pour la faune aquatique) utilisé par les hydrogéologues. En début d'après-midi au niveau de la trésorerie située sur le quai de Strasbourg, les premières traces étaient visibles. Et le phénomène va s'accentuer ces prochaines heures, explique Pascal Reilé, hydrogéologue.
 
© Pascal Reilé


Tout ce vert fluo pour mieux comprendre et mieux connaître la grotte sans doute vieille de deux millions d'années découverte il y a quelques semaines dans le secteur du quartier Jules Haag non loin du Pont de la Gibelotte. Le terme de grotte est celui qui vous parle, les scientifiques utilisent le mot de "paléokarst". "Tous les phénomènes associés à la dissolution du calcaire sont des phénomènes karstiques du nom d'une région de Slovénie" détaille Pascal Reilé. "On a une grotte au km2 dans le Jura, à Besançon on recense 1.000 phénomènes de type paléokarst et une soixantaine de cavités" ajoute-t-il.


 
© Pascal Reilé
 
Vu du ciel, un petit trou....
Vu du ciel, un petit trou.... © Pascal Reilé


Lors de travaux pour l'aménageur du futur quartier, cette grotte de deux mètres de large, et de profondeur a été repérée. Elle s'enfonce ensuite à au moins 15 mètres de profondeur direction le Doubs qui ceinture la ville de Besançon. Cette grotte n'avait jamais été répertoriée, même si lors de la construction de la caserne Vauban en 1909, il était fait état de désordres souterrains. Sur ce secteur du quartier Vauban, des marnes bloquent les écoulements, il fallait donc faire des travaux pour repérer d'éventuelles anomalies.


Besançon est un vrai gruyère 


Dans la capitale comtoise, les cavités géologiques livrent leurs secrets les unes après les autres, et parlent plus ou moins vite. Lors d'une coloration effectuée sur le chantier de la gare Viotte, la fluoréscine avait mis 64 heures à ressortir dans le Doubs. 
Pour la grotte de l'écoquartier Vauban, le produit aura mis un peu moins de 30 heures pour ressortir dans l'eau du Doubs. Les géologogues vont maintenant vérifier que la fluorescéine ne ressort pas ailleurs, dans le secteur du quartier Battant notamment où une source existait rue d'Arènes. 


Quel est l'intérêt de cette nouvelle grotte ?


Si les hydrogéologues sont forcément heureux de mieux connaître le réseau souterrain, cette nouvelle grotte pourrait avoir une utilité dans la construction du nouvel écoquartier Vauban aménagé par la ville et le Crédit Mutuel Aménagement Foncier. Et permettre ainsi une évacuation naturelle des eaux pluviales. Mais on en est encore pas à ce scénario. Pour cela, il faudra que les galeries souterraines ne rencontrent pas le résau d'eau potable et que la cavité découverte soit en capacité d'absorber les eaux de pluie, en cas de fortes précipitations. "L'idée est d'identifier ce qui se passe, où sont les exutoires, et d'imposer un débit de rejet ensuite à l'aménageur" conclut Pascal Reilé.


La fluorescéine injectée en quantité depuis la cuve d'un tracteur va mettre du temps à disparaître du Doubs. "Le débit de la rivière est faible en ce moment, 25m3 par seconde au lieu de 100 en moyenne" explique Pascal Reilé.

En Franche-Comté, région karstique par excellence, les opérations de coloration de ce type sont courantes, même si le grand public ne s'en aperçoit pas forcément. Objectif : mieux connaître les bassins versants et protéger ainsi les réserves en eau potable. 
© Pascal Reilé

  
© Pascal Reilé

 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter