• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : elle recycle des montres en bijoux

© Laurent Brocard, France 3 FC
© Laurent Brocard, France 3 FC

C'est une créatrice qui a su s'inspirer de l'histoire de sa ville d'adoption. Depuis dix ans qu'elle s'est installée à Besançon, Prisca Van Paasen se passionne pour l'horlogerie. Elle a fait des montres la matière première de ses bijoux.

Par Elisabeth Braconnier

Dans l'atelier de Prisca Van Paassen, on pourrait se croire chez un horloger si les pinces brucelles et les couteaux suisses ne côtoyaient pas des perles de bijoutiers et des outils d'électriciens…
La jeune créatrice a fait du recyclage de montres l’inspiration principale de ses collections de bijoux. Une évidence pour cette bisontine d’adoption depuis dix ans : « Je faisais déjà des bijoux mais à partir de perles, sans trouver ce  que je voulais réellement faire en tant que créatrice. En arrivant à Besançon, j’ai découvert l’horlogerie et le lien historique entre ce métier et la ville. Suite à ça, mon père m’a créé un bijou à partir d’une vieille montre à lui, et ça a été le déclic… »

Déshabiller des montres pour habiller des bijoux

Depuis, Prisca Van Paassen court les brocantes pour se fournir en vieilles montres, essentiellement mécaniques, automatiques et à gousset. Elle en retire les mouvements, les plus jolis cadrans, et parfois aussi les aiguilles, qu’elle enjolive avec des perles de cristal ou de céramique, pour créer des bagues, des boucles d’oreilles, des colliers, des bracelets et des pendentifs. « J’aime bien l’idée de récupérer des pièces de montres qui auraient tendance à disparaître, ou à être jetées, ou qu’on laisse dans un tiroir, et leur redonner une seconde vie pour pouvoir les porter en bijoux et les mettre en valeur », explique-t-elle.  
 
© Laurent Brocard, France 3 FC
© Laurent Brocard, France 3 FC

Ses créations, elle les a exposées pour la première fois en 2016 à Besançon, aux « 24 Heures du temps », avec un peu d’appréhension : « j’avais peur que mes bijoux soient mal perçus par les horlogers, mais au contraire, ils ont trouvé que c’était une bonne idée et m’ont bien accueillie ». Depuis, Prisca expose plusieurs fois par an sur des marchés artisanaux et de créateurs, et vend ses collections par correspondance, chez l’horloger de Battant et au Musée de l’horlogerie de la Chaux de Fonds, en Suisse : comptez entre 25 et 65 euros pour un bijou.

Prisca sera de nouveau présente avec ses créations aux 24 heures du temps, les 22 et 23 juin prochain. 


 

Sur le même sujet

Sacquenay et Chazeuil : neuf éoliennes rejoignent un parc bourguignon déjà riche

Les + Lus