Guerre en Ukraine : “Certains réfugiés aspirent à retourner dans leur pays, mais ils sont lucides”

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot avec AFP

La guerre en Ukraine fait rage depuis trois mois, depuis l’attaque lancée le 24 février par la Russie de Vladimir Poutine. Dans le Doubs, 200 réfugiés ukrainiens sont actuellement pris en charge par la Croix-Rouge, à Besançon et environs. Seuls, quelques-uns sont rentrés dans leur pays en guerre.

C’est un conflit qui va durer. Après la douleur de l’exode, les réfugiés ukrainiens arrivés à Besançon ont bien compris que repartir chez eux n’est pas encore possible. “Certains aspirent à retourner dans leur pays, mais ils sont lucides, ils savent ce qu’ils ont laissé là-bas, et ils savent qu’ils ne le retrouveront pas” explique Patrick Boccara, président de la Croix-Rouge de Besançon.

À Besançon, les premiers réfugiés sont arrivés le samedi 12 mars. Ils ont voyagé pendant deux jours avant d'arriver à Besançon. Des bénévoles les ont pris aussitôt en charge au centre d'accueil mis en place à la Malcombe. Trois mois après la guerre, les 200 réfugiés arrivés dans le département sont hébergés dans des familles bénévoles, dans des appartements pour certains, 80 se trouvent encore au centre de la Roche d’Or à Besançon. “C’est une prise en charge au jour le jour, certains réfléchissent à rester et trouver un emploi en France. Dans le Doubs, sont arrivés essentiellement des femmes et des enfants, de tous les milieux sociaux” précise Patrick Boccara. 4 à 5 personnes sont rentrées en Ukraine, dont une femme militaire rappelée par son pays.

Aide alimentaire, aide financière, des besoins toujours là

Parmi les réfugiés arrivés mi-mars, certains n’ont toujours pas reçu les aides financières liées à leur statut de demandeur d’asile. Au quotidien, la Croix-Rouge œuvre à épauler ces réfugiés venus d'un pays aux portes de l'Europe. Avec des distributions d’aide alimentaire, parfois à domicile quand les réfugiés n’ont pas de moyen de se déplacer. Chaque vendredi après-midi, la Croix-Rouge propose une distribution de produits d’hygiène, d’entretien ou de vêtements. Aujourd’hui, la Croix-Rouge a besoin de dons financiers. “Il n’y a que ça qui peut nous aider, pour reconstituer de nouveaux stocks de produits à distribuer” précise Patrick Boccara.

Faire un don en ligne à la Croix-Rouge

A ce jour, l’antenne de la Croix-Rouge ignore si d’autres réfugiés vont rejoindre le département du Doubs. La prise en charge de ceux qui sont déjà là va se poursuivre avec l’apprentissage du français, la scolarisation des enfants déjà en place. “On veut renouer également pour eux l’accès à la culture, car ça fait partie de la vie” estime le responsable de la Croix-Rouge de Besançon.

6,5 millions d’Ukrainiens se sont réfugiés à l’étranger

Après trois mois de conflit, les chiffres donnent le vertige. Plus de huit millions d'Ukrainiens ont été déplacés à l'intérieur de leur pays, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR).

6,5 millions d’Ukrainiens ont fui à l'étranger, dont plus de la moitié - 3,4 millions - en Pologne.

85.000 Ukrainiens sont arrivés en France

En France, 85.000 Ukrainiens bénéficient de l'allocation pour demandeurs d'asile (Ada) en France, a indiqué mardi 24 mai le patron de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) Didier Leschi.

En trois mois, des milliers de personnes, civils et militaires, ont péri, sans qu'il n'existe un bilan chiffré. Pour la seule ville de Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent toutefois de 20.000 morts.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 29.200 hommes, 204 avions et près de 1.300 chars depuis le début de l'invasion le 24 février.