• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Hommage national : quels sont les profils des trois militaires disparus en Guyane ?

Les trois hommes appartenaient au 19ème régiment du Génie de Besançon / © Chef d'État-Major de l'armée de Terre
Les trois hommes appartenaient au 19ème régiment du Génie de Besançon / © Chef d'État-Major de l'armée de Terre

Un hommage national est organisé ce mercredi 24 juillet à Besançon (Doubs) en l'honneur des trois militaires décédés la semaine dernière en Guyane. Tous les trois avaient déjà une importante expérience du terrain.

Par Antoine Belhassen

Le sergent-chef Edgar Roellinger, le caporal-chef Cédric Guyot et le caporal-chef Mickaël Vandeville n'en étaient pas à leur premier déplacement sur le terrain et dans des zones à risques. Tous les trois étaient envoyés depuis plusieurs mois dans le cadre de l'opération "Harpie" en Guyane, une lutte de longue date contre le traffic d'or. Les militaires s'apprêtaient à disposer des charges explosives pour détruire des installations souterraines d'orpailleurs clandestins. Ils ont été victimes d'émanations toxiques au fond d'une galerie. Un drame pour ces agents spécialisés forts de plusieurs expériences sur le terrain.

Sergent-chef Edgar Roellinger

Le sergent-chef Edgar Roellinger. / © SIRPA TERRE / AFP
Le sergent-chef Edgar Roellinger. / © SIRPA TERRE / AFP

Mali, Ouganda, Djibouti à deux reprises... Le sergent-chef Edgar Roellinger, 27 ans, a longtemps voyagé et a notamment travaillé pour l'opération "Barkhane", menée au Sahel et au Sahara par l'armée française depuis 2014. Dès sa première sortie du territoire, le sergent-chef a endossé les fonctions de chef de groupe de déminage. Une spécialité qu'il a longtemps appréciée :

"Il s'est distingué par son comportement exemplaire, son sang-froid et son courage dans un contexte particulièrement dégradé", explique le 19eme régiment du génie de Besançon qu'il a intégré le 4 juin 2012.

Il obtient ses qualifications de déminage dès 2015. S'en suit une carrière prometteuse : en quelques années, Edgar Roellinger est récompensé de la croix du combattant, de la médaille d'outre-mer avec agrafe "Sahel", de la médaille de la défense nationale échelon argent et de la médaille de la reconnaissance de la nation. Le sergent-chef était célibataire.

Caporal-chef Cédric Guyot

Le caporal-chef Cédric Guyot. / © SIRPA TERRE / AFP
Le caporal-chef Cédric Guyot. / © SIRPA TERRE / AFP

Il était, sans doute, le plus expérimenté des trois militaires. Le caporal-chef de 1ere classe Cédric Guyot a servi la France pendant plus de 13 ans. Ce Marseillais d'origine est arrivé à Besançon en 2006. Le militaire décrit comme un bourreau de travail par sa hiérarchie a multiplié les déplacements. Que ce soit au Kosovo, au Liban, au Tchad ou à Djibouti, Cédric Guyot s'est fait remarquer pour ses compétences.

Mais son fait d'armes reste une manoeuvre périeuse en Afghanistan. Alors que son véhicule était sous le feu ennemi lors d'une embuscade, le caporal-chef Guyot, au volant, parvient à s'extirper de cette situation qui aurait pu être fatale. Agé de 32 ans, Cédric Guyot était marié.

Caporal-chef Mickaël Vandeville

Le caporal-chef de 1ere classe Mickaël Vandeville / © SIRPA TERRE / AFP
Le caporal-chef de 1ere classe Mickaël Vandeville / © SIRPA TERRE / AFP

Comme le Caporal-chef Cédric Guyot, Mickaël Vandeville était de la section "Fouille opérationnelle spécialisée", dite FOS. Ce savoir-faire, directement inspiré du Military Search des Britanniques, consiste à recueillir du renseignement sur l’adversaire, au cours de fouilles pratiquées dans différents domaines : personnes, véhicules, habitations, routes, navires, avions, etc.

Ses capacités avaient déjà été remarquées et le caporal-chef Mickaël Vandeville n'en était pas à sa première mission en Guyane. A trois reprises, ce francilien célibataire de 31 ans avait déjà participé à l'opération Harpie. A l'instar de ses deux compagnons disparus dans la même mission, il était décoré de nombreuses récompenses et félicité à de nombreuses reprises par ses supérieurs.

En ce jour d'hommage national, retour sur la mission dont faisaient partie les trois militaires du 19eme Régiment du Génie de Besançon.
 
Explication de la mission des trois militaires du 19eme Régiment du Génie de Besançon

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus