• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Toussaint : le crématorium de Besançon ouvre ses portes

© France3 Franche-Comté : Fabienne Lemoing
© France3 Franche-Comté : Fabienne Lemoing

C'est un sujet parfois difficile à aborder, alors l'association crématiste de Besançon a voulu prendre les devants en proposant une visite du crématorium de la ville. De nombreux visiteurs ont franchis le pas, un début d'échange et une découverte en ce jour de Toussaint. 

 

Par Frédéric Buridant

Besançon : portes ouvertes au crématorium pour la Toussaint
Virginie Fortin Responsable du crématorium de Besançon Gérard Alexandre Président de l'association crématiste de Besançon Reportage : Laurent Ducrozet, Fabienne Lemoing, Marie Loir.


Il n'y a que 5 crématoriums en Franche-Comté dont celui de Besançon, celui qui par le biais de l'association crématiste a ouvert ses portes aujourd'hui. 
Dans cette structure,  800 crémations sont réalisées chaque année, un dernier au revoir qui en France, en 2017 représentait 37% des  obsèques.

 
© France3 Franche-Comté : Fabienne Lemoing
© France3 Franche-Comté : Fabienne Lemoing

 

Alors, cette visite c'est l'occasion de découvrir l'aspect technique d'une crémation, ce qui impressionne très souvent, le four qui brûle le corps. Avec les personnels du crématorium, les membres de l'association crématiste ont pu répondre aux questions des visiteurs qui par groupe ont pu découvrir le site. 

« Il y a toujours un tabou. Le tabou c’est la peur du feu. C’est le rappel pour certains des camps de concentration. C'est la religion, il y a toujours un tabou..la peur de la mort fait que l'on ne veut pas parler de crémation»  explique Gérard Alexandre, président de l'association crématiste de Besançon.     

 
© France3 Franche-Comté : Fabienne Lemoing
© France3 Franche-Comté : Fabienne Lemoing


A la question du coût d'une crémation, l'association des crématistes  précise que très souvent c'est moins onéreux qu'une inhumation .
Pour les cendres, une loi de 2008 relative à la législation funéraire précise qu'elles ne doivent pas être dispersées dans l'espace public. Les jardins du souvenir dans les cimetières peuvent accueillir les cendres dans des urnes. 

Sur le même sujet

Dijon : les gilets verts, des médiateurs au service des usagers

Les + Lus