CARTES. Sécheresse : le niveau des nappes phréatiques remonte en Bourgogne-Franche-Comté, mais reste très bas dans certains secteurs

Le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) vient de publier ce 17 mai son bulletin de la situation hydrologique au 1er mai 2023 en France. Dans la région, les pluies des dernières semaines ont fait du bien. Jura, Saône-et-Loire, Côte-d'Or connaissent localement des niveaux historiquement bas.

Un survol sur ces deux cartes montre que la situation s’améliore au niveau des nappes phréatiques en Bourgogne-Franche-Comté. Les pluies ont permis de remonter le niveau des nappes notamment dans le Doubs et la Haute-Saône.

Les pluies ont eu un impact bénéfique sur les nappes réactives d’une grande partie du nord du territoire. La recharge s’est poursuivie courant avril sur les nappes réactives du Grand-Est, de Bourgogne-Franche-Comté et du nord du Massif Central.

Cependant, la carte vire toujours au rouge pour l’Ouest Jura, une partie de la Saône-et-Loire et de la Côte-d'Or où le niveau reste au plus bas.

"Après une période de recharge en pluies, courte et peu intense, durant l’automne et l’hiver 2022-2023, les précipitations de mars et d’avril ont engendré des épisodes de recharge bénéfique sur les secteurs arrosés où l’on trouve des nappes réactives à peu inertielles", explique le BRGM dans son dernier bulletin. En France, la situation s’est améliorée considérablement sur les nappes du Massif armoricain, du littoral de la Manche et du Grand-Est. Ailleurs, les pluies ont eu peu d’impact sur les tendances et l’état des nappes.

En France, 68% des niveaux des nappes restent sous les normales mensuelles en avril 

La situation demeure peu satisfaisante sur une grande partie du pays : 68% des niveaux des nappes restent sous les normales mensuelles en avril (75% en mars 2023). De nombreux secteurs affichent des niveaux bas à très bas.

Si la Bourgogne-Franche-Comté ne fait pas partie des régions où la situation est déjà critique à quelques semaines de l’été, les scientifiques savent que dès maintenant le niveau des nappes va baisser jusqu’à l’automne (hormis gros épisodes de pluies), en raison des moindres précipitations saisonnières et des températures estivales, voire caniculaires cet été. Les prévisions de Météo-France sur les mois de mai, juin et juillet laissent déjà entrevoir des températures plus élevées que la normale sur l’ensemble du territoire.

Pour le ministère de la Transition écologique, 26 départements sont en "risque très probable de sécheresse d'ici à la fin de l'été". La plupart sont situés sur le pourtour méditerranéen, le couloir rhodanien et dans le bassin parisien.

Des restrictions d'usage de l'eau en Haute-Saône et Yonne

En Bourgogne-Franche-Comté, deux départements ont pour l’instant pris des arrêtés restreignant l’usage de l’eau. La Haute-Saône a mis en place des mesures depuis le 5 avril en déclenchant le niveau ALERTE. Principalement sont interdits :

  • Le nettoyage des trottoirs et voiries ;
  • L’arrosage des pelouses, espaces verts publics et privés, jardins, à l’exception des potagers privés ;
  • Le lavage des voitures hors stations professionnelles équipé d’un système de recyclage de l’eau ;
  • Le remplissage des piscines à usage privé, à l’exception des premières mises en eau des piscines construites avant les restrictions ;
  • L’alimentation des fontaines publiques et privées en circuit ouvert.

L’Yonne tente aussi de préserver ses ressources en eau. Le département est placé en vigilance depuis le mois de mars. Les habitants, entreprises sont invités à réduire leur consommation.

PROPLUVIA - pour connaître les restrictions dans votre département