Château de Joux : une campagne de financement participatif lancée pour restaurer ce patrimoine du Haut-Doubs

Publié le

La Fondation du patrimoine et la Communauté de communes du Grand Pontarlier, lancent ce mardi 13 octobre 2020 une collecte de dons pour la sauvegarde du Château de Joux, classé monument historique.

Le château de Joux retenu par la mission Bern Mission Bern, patrimoine en péril va se refaire une beauté ces prochaines années.  Il bénéficiera à ce titre de l’aide du « Loto du patrimoine ».
Les habitants du Haut-Doubs vont voir leur fleuron situé sur la commune de la Cluse-et-Mijoux embelli. Des premiers travaux vont débuter au printemps 2021. Ils permettront de commencer la restauration des ponts-levis (à flèches, à bascule et tripier) et pont dormant. Cette restauration est un préalable indispensable pour maintenir le site ouvert à la visite et envisager d’autres tranches de travaux, explique la fondation du patrimoine.

Plusieurs millions d’euros de travaux sur ce phare patrimonial du Haut-Doubs 

Un programme de valorisation scientifique, touristique et culturelle de ce monument s’échelonnera sur 10 ans. Il nécessitera plusieurs millions d’euros, dont 65 % sont issus de financements publics : la DRAC, la Région, le Département, la Communauté de Communes.


Comment donner 

- Sur le site internet de la Fondation du patrimoine : www.fondation-patrimoine.org/59760
- Par chèque en complétant le bon de souscription des dépliants édités à cette occasion et à adresser à la Fondation du patrimoine – 14 rue Violet – 25 000 Besançon.


Des réductions d’impôts

Les dons faits à la fondation du patrimoine  donnent t droit à des réductions d’impôt :
- de l’impôt sur le revenu des personnes physiques à hauteur de 66 % du don, dans la limite globale de 20 % du revenu imposable ;
- de l’impôt de solidarité sur la fortune à hauteur de 75 % du don, dans la limite de 50 000 euros(soit un don de 66 666 euros) ;
- de l’impôt sur les sociétés, à hauteur de 60 % du don, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires HT.


Un peu d’histoire

Riche de 1 000 ans d'histoire, le château de Joux révèle diverses périodes de construction, témoignant de l'adaptation de la forteresse à l'évolution des armement et stratégie militaire. Château-fort des sires de Joux, il devient place forte du duc de Bourgogne au XVe siècle puis de l’empire germanique et de la couronne d’Espagne. Ses enceintes successives ont été revues par Vauban qui développa un tracé bastionné. Après la guerre de 1870 pendant laquelle il protège la retraite de l’armée de l’Est en Suisse, il est transformé en fort semi-enterré, selon le principe du gal Séré de Rivières. En 1881, deux casemates cuirassées sont ajoutées dont l’une subsiste et reste la seule en état de fonctionner en France. Outre sa vocation militaire, le château a été une prison d'Etat et a enfermé des personnages illustres comme Mirabeau ou Toussaint Louverture, qui y décède en 1803. Il conserve aussi deux collections remarquables : un ensemble exceptionnel d’armes et uniformes de 1717 à 1917 et de peintures haïtiennes.