Des Tiny house à 360 euros par mois pour loger de jeunes travailleurs, l'audacieuse expérience lancée à Pontarlier

Comment faire fonctionner les entreprises locales lorsque les logements de Pontarlier (Doubs) sont pris d'assaut par les frontaliers suisses ? Les bailleurs sociaux Néolia Pontarlier et Habitat 25 Pontarlier ont trouvé une solution : mettre à disposition des Tiny house pour les jeunes actifs des entreprises qui le souhaitent.

Dix petites maisons en bois sur roulette. Voici la solution initiée par l'entreprise Schrader Pacific pour répondre aux problèmes de logement sur le secteur de Pontarlier (Doubs) situé à 30 minutes seulement de la frontière suisse. Elle a alerté sur la précarité des Pontissaliens qui travaillent en France et qui ne bénéficient pas d’un salaire suisse. Ces derniers ont du mal à trouver un appartement en location.

Les bailleurs sociaux Néolia Pontarlier et Habitat 25 Pontarlier se sont regroupés pour acheter chacun cinq Tiny house. Les P’tits Pénates, fabricant de Tiny house artisanales basé à Nantes en Loire-Atlantique, a répondu à l’appel d’offre. 

Ces Tiny house ont été vendues 50 000 euros l’unité TTC, équipement et livraison comprise. Le groupe Action logement, le Conseil Départemental du Doubs, Habitat 25 et Néolia ont financé ce projet. “Pour les entreprises, l’idée est de placer les jeunes actifs qui travaillent chez eux”, explique Aymeric Bugnot, responsable Innovation chez Néolia. 

"D'autres projets vont sans doute émerger"

Actuellement, les cinq Tiny houses achetées par Néolia Pontarlier ont été installées sur un terrain appartenant à l'entreprise Schrader Pacific et elles sont en cours d’occupation.

“C’est un projet innovant et une belle expérimentation pour nous”, indique Aymeric Bugnot. Pour lui, ces habitats sont une solution pour maintenir l’emploi dans le bassin pontissallien. “Cela permet de sécuriser ponctuellement les entreprises et de proposer aux jeunes actifs un logement”. Depuis le début du mois d'octobre 2023, la ville de Pontarlier a rejoint la liste des villes classées en zone immobilière tendue. 

Ce secteur frontalier avec la Suisse manque en effet de logements et fait face à une hausse du coût de l’immobilier en raison de la présence de frontaliers suisses qui rentrent chaque soir à Pontarlier, à 25 km de la frontière. “Il y a une certaine émulation, d’autres projets vont sans doute émerger”, confie Aymeric Bugnot. 

Un loyer modéré, toutes charges comprises

Les entreprises Schrader Pacific et Keolis louent certaines de ces Tiny house, mais d'autres sont encore libres à la location pour les entreprises intéressées. “Les entreprises louent les Tiny house pour le compte de leur salarié”, précise Nathan Macé, gérant des P’tits Pénates. 

360 euros par mois toutes charges comprises pour une surface habitable de 20 m². “Elles ont été conçues spécifiquement pour ce projet. Elles sont prévues pour un salarié qui pourrait être en couple”, présente Nathan Macé. 

Mezzanine, canapé convertible pour recevoir des amis, cuisine toute équipée (four, frigo, plaque de cuisson), douche, toilettes, fibre, pompe à chaleur et climatisation… “Elles sont adaptées pour y vivre toute l’année”, souligne le gérant des P’tits Pénates. Un critère important quand on sait que Pontarlier est situé à 873 mètres d'altitude et que l'hiver peut y être rigoureux.