EMPLOI. La Bourgogne-Franche-Comté en 2030 : quels seront les métiers qui recruteront le plus et quels sont ceux qui auront le plus de difficultés ?

Publié le
Écrit par Guillaume Petit .

Quels sont les métiers qui recruteront le plus en 2030 ? Quels sont ceux qui recruteront moins ou qui présenteront des difficultés à recruter ? Après avoir publié en mars 2022 un rapport national en tenant compte des jeunes entrants et les tensions de recrutement actuelles, la DARES (la cellule études du ministère du Travail) se penche aujourd'hui sur chacune des régions. Zoom sur la Bourgogne-Franche-Comté.

Des postes non pourvus, mais moins en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs

Avant de parler des secteurs qui recruteront le plus et de ceux qui connaîtront des tensions, un constat global, il y aura globalement du travail en Bourgogne-Franche-Comté. Mais les profils ne colleront pas toujours aux besoins.

Ainsi selon ces projections, 3% des postes à pourvoir ne trouveront pas preneurs en moyenne chaque année d'ici à 2030. Mais bonne nouvelle : la situation sera moins tendue en Bourgogne-Franche-Comté que dans le reste de la France, où la moyenne des postes non pourvus sera plutôt de 5 %.

Des besoins dans le secteur de la santé et la manutention

Parmi les secteurs qui recruteront le plus en Bourgogne-Franche-Comté en 2030, celui de la santé. Il y aura besoin en 10 ans de 11 000 infirmiers et sages-femmes dans la région ainsi que de 12 000 aides-soignants. Cela inclue les remplacements de départs en retraite, mais aussi les créations de nettes de 4 000 postes d'infirmiers et sages-femmes ainsi que de 3 000 postes d'aides-soignants.

Il y aura aussi de nombreux besoins dans certains secteurs : 19 000 postes seront à pourvoir parmi les agents d'entretien, 14 000 parmi les conducteurs de voiture et 12 000 postes d'ouvriers qualifiés dans le secteur de la manutention. Les cadres commerciaux et technico-commerciaux seront également très recherchés. Enfin, il y aura aussi besoin de 2 000 médecins et assimilés en Bourgogne-Franche-Comté.

Des destructions nettes d’emploi à prévoir dans l’éducation

Certains métiers devraient à l’inverse connaître une contraction de l’emploi dans les décennies à venir. C’est le cas dans l’enseignement. Entre 2019 et 2030, la région Bourgogne-Franche-Comté va enregistrer 14 000 départs à la retraite d’enseignants. Mais il n’y aura que 11 000 recrutements. 3 000 emplois seront détruits.

Idem pour les agents d’entretien qui recruteront beaucoup mais qui perdront tout de même 3 000 postes. Enfin, les agriculteurs, éleveurs, sylviculteurs et bûcherons représenteront 11 000 postes à pourvoir en une décennie, mais c'est une perte nette de 1 000 postes.

Des tensions dans l’industrie et dans certains commerces, alerte pour les assistants maternels

Les métiers qui connaîtront le plus de tensions seront paradoxalement ceux qui recrutent le plus. Certains métiers qui connaissent déjà des difficultés pour embaucher verront les difficultés s'accroître : c'est le cas des conducteurs de véhicules, des aides à domicile, des cadres commerciaux ou des techniciens des industries mécaniques. Les difficultés croissantes dans l'industrie représentent un enjeu préoccupant, en Franche-Comté, où la filière automobile est particulièrement implantée.

Les tensions actuelles pourraient aussi se maintenir dans des secteurs particulièrement implantés dans la région, comme au sein de l’industrie dite « de process » qui regroupe les industries papetière, chimique et agroalimentaire et qui emploi de nombreux ouvriers non qualifiés. Les bouchers, charcutiers et boulangers, qui connaissent déjà des difficultés de recrutement, ne devraient pas voir la situation s'améliorer.

D'autres secteurs, qui ne connaissent aujourd'hui que des tensions faibles ou modérées verront les difficultés de recrutement s'accroître : c'est le cas des assistants maternels, des agents d'entretien et des ouvriers qualifiés de la manutention. C'est tout le paradoxe : ces métiers auront de nombreux postes à pourvoir mais auront du mal à trouver des volontaires.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité