Festival de la Paille. "C'est quelque chose d'assez incroyable pour moi" : pour la première fois, un concert sera traduit en langue des signes

C'est une première pour le festival de la Paille à Métabief dans le Doubs. Le concert de Claudio Capéo, qui se produira le samedi 29 juillet 2023 à 20h40, sera intégralement chansigné, c'est-à-dire traduit en langue des signes, par des interprètes du collectif 10 Doigts en Cavale.

Vous souvenez-vous du raz de marée qu'avait provoqué Rihanna lors de son grand spectacle à la mi-temps du Super Bowl 2023 ? Justina Miles, son interprète en langue des signes américaine, avait livré une prestation remarquable et avait presque volé la vedette à la popstar. Comme elle, l'Américaine Amber Galloway Gallego, qui s'est fait remarquer en chansignant un des rappeurs les plus rapides au monde. Derrière ses prestations mêlant traduction, théâtre et mime, on découvre l'art peu connu du chansigne.

"Le chansigne, c'est la traduction d'une chanson en langue des signes, pour permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de profiter aussi des festivals", explique Aurélie Nahon, co-fondatrice du collectif 10 Doigts en Cavale.

Avec deux interprètes du collectif, elle chansignera le concert de Claudio Capéo, qui se produira au Festival de la Paille à Métabief (25), le samedi 29 juillet, peu avant 21 heures. "On interviendra sur le devant de la scène, sur une estrade", explique Aurélie Nahon.

Le collectif 10 Doigts en Cavale, composé de 11 interprètes professionnels, intervient sur de nombreux festivals et concerts pour traduire les paroles et l'ambiance. C'était le cas des prestations du chanteur Soprano au festival des Vieilles Charrues ou encore de Pierre de Maere au Paléo Festival à Nyon en Suisse.

C’est bluffant ce que les chansigneurs arrivent à retransmettre.

Sébastien Piganiol, directeur du festival de la Paille

L'inclusivité fait son show à la Paille

"C'est une première, et on est très très contents de pouvoir le faire", commente Sébastien Piganiol, directeur du festival de la Paille. Les personnes sourdes et malentendantes étaient, selon lui, "le dernier public à ne pas pouvoir venir à la Paille".

L'organisation travaille depuis 2014 à rendre l'événement accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR), notamment avec la mise en place de deux plateformes surélevées en face des scènes. Depuis 2017, les bénévoles d'Apach'Évasion (Association Pour l’Accompagnement des Citoyens Handicapés vers l’Évasion), tiennent un bar PMR, dont une partie des bénéfices reviendront à l'association. Muni d'un comptoir abaissé pour les personnes en fauteuil, "L'abreuvoir" est situé à l'entrée du site.

"Des gilets vibrants, seront mis à disposition les deux soirs, pour tous les concerts, au point info", ajoute Sébastien Piganiol. Une fois portés, ces gilets permettent de ressentir des pulsations en lien avec la musique et les rythmes des concerts.

► Tous les détails sur l'accessibilité au festival de la Paille ici.

"Ce sera beaucoup plus facile pour moi de comprendre"

"C'est quelque chose d'assez incroyable pour moi", s'exclame Rose, 13 ans, sourde profonde bilatérale de naissance. Implantée, elle apprend la langue des signes "depuis le collège". Quand elle a su qu'un concert allait être chansigné dans la région, elle a immédiatement demandé à sa mère de l'y emmener.

Ce serait bien qu'il y ait des chansigneurs sur la plupart des concerts et des festivals.

Rose, sourde profonde de naissance

La jeune Franc-comtoise avait déjà assisté à un concert, mais "c'était très fort. Avec le micro, ça grésillait et je ne comprenais pas les paroles. Au bout d'un moment, j'ai dû enlever mon implant", se remémore-t-elle. Et ne plus rien entendre. "Si on signe, ce sera beaucoup plus facile pour moi de comprendre".

Quid des sourds ou malentendants non signants ?

"C'est une très bonne initiative, c'est formidable que cela soit mis en place", complète Pascaline Riot, présidente de l'Apeda (Association des parents d'enfants déficients auditifs) de Bourgogne-Franche-Comté.

Avant de relativiser : "Il faut tenir compte des autres personnes atteintes de surdité, qui n'ont pas toutes le même mode de communication et ne comprennent pas toutes la langue des signes". Son fils est malentendant profond. Il ne signe pas et ne comprend pas la LSF. Pascaline et lui ne se rendront pas au festival, mais attendent "avec impatience d'avoir des retours".

En France, le chansigne est encore cantonné à quelques concerts et festivals, ce qui ne permet pas aux personnes sourdes et malentendantes de choisir l'artiste ou le groupe auquel elles assistent. Mais, "ça se démocratise", assure Aurélie Nahon, confiante. En Franche-Comté, l'association bisontine Sors les mains d'tes poches, propose par exemple des ateliers de chansigne accessible à toutes et tous.