Faute de neige dans le Haut-Doubs, l'Envolée Nordique de Chapelle-des-Bois est annulée

L'Envolée nordique de Chapelle-des-Bois en 2016 / © France 3 Franche-Comté / Hugues Perret
L'Envolée nordique de Chapelle-des-Bois en 2016 / © France 3 Franche-Comté / Hugues Perret

L'ultime parcours de repli proposé par l'organisation de l'Envolée nordique a été retoqué par les services de l'Etat. La 45e édition de la célèbre course de ski de fond n'aura pas lieu cette année.

Par Jérémy Chevreuil

Depuis plusieurs jours, la tension montait du côté de Chapelle-des-Bois.

Le manque de neige, criant depuis le début de l'hiver dans le Haut-Doubs et l'ensemble du massif du Jura, mettait en péril le bon déroulement de l'Envolée nordique.

Le ski-club Mont Noir, organisateur de cette épreuve emblématique disputée en binôme, a tenté jusqu'au bout de maintenir la course. En vain.

"Nous avions un parcours initial et trois parcours de repli. Aucun n'était praticable", regrette le président du SC Mont Noir Quentin Baticle. L'organisation a donc imaginé ces derniers jours, en partenariat avec la communauté de communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs, un nouveau parcours de repli, au Pré-Poncet, avec 250 équipes au lieu de 750, et une distance réduite à 20 km.

Le ski club ne pouvait pas mettre en péril la pratique du ski en février

Ce nouveau parcours n'a pas été autorisé par la Dréal (Direction régionale Environnement Aménagement Logement), notamment parce qu'il traversait des zones Natura 2000 renforcées. "On ne pouvait pas y passer pour faire une compétition", précise Quentin Baticle. Le président le reconnaît: "La décision a été difficile à prendre, mais la Dréal nous a facilité la tâche", d'autant plus qu'avec le redoux des derniers jours, "ça fond à vue d'oeil".

Par ailleurs, Quentin Baticle en a conscience: le Haut-Doubs est "une zone fortement touristique" et "le ski club ne pouvait pas être responsable de la dégradation des pistes et mettre en péril pratique du ski en février. On peut skier en ce moment au Pré Poncet, mais ça suffit pas pour faire passer une course."

Je me demande si le ski de fond va pouvoir continuer à exister

Plus généralement, c'est l'ensemble de ces compétitions sportives qui désormais semble sur la sellette. "Je me demande avec nos hivers si le ski de fond va pouvoir continuer à exister, note ainsi François Cat, président de la commission fond régional et responsable du calendrier régional de ski de fond et biathlon. Le Pré Poncet (seul site enneigé dans le Doubs) n’est plus accepté pour des courses longues distances. Le massif du Risoux est interdit à toute course".

Sur les massifs de moyenne altitude comme le Jura, le ski de fond pourrait être l'une des premières victimes du réchauffement climatique.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus