"Il faut que l’on protège notre nature", un festival de la photographie pour célébrer les animaux sauvages du Haut-Doubs

L’association Focus Nature Haut-Doubs lance son tout premier festival de la photographie. Sont mis à l’honneur les lynx, chamois et autres animaux sauvages de Franche-Comté. Objectifs : mettre en avant la biodiversité du territoire et encourager la protection des espèces animales.

Ce vendredi, l’heure est à l’agitation dans la petite ville de Maîche (Doubs). "Comme tous les vendredis, c'est un peu animé. En plus, on a encore du beau temps. Mais là, on a quand même un peu plus de passage avec le festival", confesse la municipalité.

Du 15 au 17 septembre, le château du désert, situé à quelques minutes à peine du centre-ville, accueille le tout premier festival de photographie “De Maîche avec la nature”. Au programme : “plus de 20 photographes, des artistes, des associations, des animations, un concours photo etc…” résume la Ville de Maîche sur son site internet.

La manifestation est organisée à l’initiative de passionnés de la photographie naturaliste installés dans la commune de longue date. Parmi eux, Jean-François Varriot, également secrétaire général de l’association Focus Nature Haut-Doubs. “Cela faisait un petit moment qu'on en parlait entre nous, on a décidé de sauter le pas cette année”, confie-t-il ce vendredi.

Protéger la biodiversité du Haut-Doubs


“Pour nous, il était important de montrer que le Haut-Doubs est vivant, riche, et qu’il faut le protéger. On a un territoire qui est relativement sain et il faut à tout prix le préserver", explique encore Jean-François Varriot. Selon le photographe amateur, l’organisation d’un tel festival doit participer à la protection de la nature. “Souvent, on a envie de protéger ce qu’on aime et ce qu’on a déjà vu. Donc plus on montrera de belles photos aux gens plus ils prendront conscience qu’il faut que l’on protège notre nature”, soulève encore le co-organisateur de l’événement.

Au-delà de la protection de la biodiversité du Haut-Doubs, l’association veut, à travers ce festival, faire la promotion du travail de photographes locaux. “Nicolas Devillers est véritablement la tête d’affiche du festival”, annonce Jean-François Varriot, rappelant que “c’est un photographe du plateau, très engagé dans la protection de l’environnement et le suivi du lynx”. Jean-François Varriot précise que le photographe est un “farouche défenseur du lynx”. Une de ses photos de l’animal a d’ailleurs été choisie pour illustrer l’affiche du festival.

“On salue aussi le travail de Laurent Echenoz, on a aussi le Jurassien Fabien Gréban”, liste encore Jean-François Varriot. Tous ont pu observer des chats sauvages, des hermines ou autres animaux protégés qui sont légion dans la région, souligne l’organisation du festival.

Sensibiliser le public

“Parfois, on se promène dans les bois et on en voit, parfois non. On veut montrer aux gens qu’on a des animaux qu’on ne voit pas souvent ailleurs. C’est comme un rappel". Pèle-mêle, le festival veut mettre à l’honneur les chamois, chevreuil, renard, hermine, chats forestiers, sangliers que l’on peut croiser dans le Haut-Doubs. Mais surtout le lynx. “C’est un animal très discret, très difficile à photographier. C’est toujours intéressant de le montrer en photo au public”.

“Notre but, c’est de montrer aux gens les animaux qui sont ici, leur faire découvrir des méthodes qu’on a ici pour faire de la photographie naturaliste”, explique encore Jean-François Varriot. “Le cadre est super, on est au château du Désert et on profite encore un peu des beaux jours. On espère que ça va attirer le public”, achève Jean-François Varriot. L’entrée est libre.

Le festival va s’achever dimanche 17 septembre.

Toutes les infos pratiques par ici.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité