Loups : l’Union européenne pourrait revoir le statut de protection du prédateur

Publié le

Trop de loups en Europe ? La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a mis en garde lundi 4 septembre 2023 contre le "réel danger" des meutes de loups dans l'Union européenne, annonçant une possible révision du statut de protection pour cet animal.

Alors que le Plan Loup doit être dévoilé le 6 septembre en France pour les années 2024-2029, c’est un nouvel argument qui vient de tomber pour les anti-loups.

"La concentration de meutes de loups dans certaines régions européennes est devenue un réel danger pour le bétail et, potentiellement, pour l'homme".

Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne

Pour la Commission, "le retour du loup dans des régions de l'UE où il était absent depuis longtemps entraîne de plus en plus de conflits avec les communautés locales d'agriculteurs et de chasseurs, en particulier lorsque les mesures visant à prévenir les attaques sur le bétail ne sont pas pleinement mises en oeuvre".

Quantifier le nombre de loups en Europe

La Commission appelle "les communautés locales, scientifiques et toutes les parties intéressées à soumettre, d'ici au 22 septembre des données actualisées sur les populations de loups et leurs impacts".

La question du nombre de loups présents dans différents pays d'Europe est au coeur de vifs débats - et d'une véritable bataille de chiffres - entre éleveurs et associations de protection de l'environnement.

"Sur la base des données collectées, la Commission décidera d'une proposition visant à modifier, le cas échéant, le statut de protection du loup au sein de l'UE et à mettre à jour le cadre juridique, afin d'introduire, lorsque c'est nécessaire, davantage de flexibilité, à la lumière de l'évolution de cette espèce", ajoute l'exécutif européen, précisant que cela viendrait "compléter les possibilités actuelles offertes par la législation de l'UE".

Il y aurait 1500-2000 loups en Espagne, plus de 1000 en Allemagne et plus de 3000 en Italie, selon les chiffres de l’hiver dernier cités par l’association Ferus

Espèce protégée mais vulnérable

Le loup avait disparu dans les années 30 en France. Il est de retour depuis la fin des années 80. Les loups n’ont pas été réintroduits, ils sont arrivés à la suite d’une recolonisation par étapes de l’Italie depuis le massif des Abruzzes en Italie.

En vertu de la directive européenne "Habitats" de 1992, la plupart des populations de loups en Europe bénéficient d'une protection stricte, assortie de possibilités de dérogation. “L’espèce est encore vulnérable, sensible au braconnage et aux tirs autorisés par l’État français” note l’association Férus de défense du prédateur.

Combien de loups en France ?

Selon la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui coordonne le plan national loup 2018-2023, il y a pour l’hiver 2022-2023 une estimation provisoire à 906 loups, soit un chiffre stable par rapport à l'an dernier (921 loups) ». Une population en légère baisse, mais bien supérieure à celle estimée à l'issue de l'hiver 2017-2018 à 430 individus.

► Lire : un louveteau photographié près de Jougne (Doubs)

En Bourgogne-Franche-Comté, le loup est présent. Des attaques ont régulièrement lieu en Saône-et-Loire et sur le massif du Jura où trois meutes sont officiellement installées. Dans le Haut-Doubs, des agriculteurs estiment que les troupeaux de bovins ne sont pas protégeables. D’autres ont fait le choix de s’équiper de chiens de protection, d’autres de surveillance humaine durant la période estivale et automnale où les loups sont susceptibles de s’en prendre aux troupeaux. En cas d’attaque sur les troupeaux, les préfets peuvent prendre des arrêtés de tir, d’effarouchement ou de défense.174 loups peuvent être abattus cette année en France. Les associations de défense du prédateur dénoncent une hécatombe silencieuse.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité