Partez à la rencontre des vautours des gorges du Verdon, de retour grâce à la réintroduction des associations de protection

Trois espèces de vautours vivent dans les gorges du Verdon. Des vautours fauves, moines et percnoptères, qui avaient disparu dans les années quarante. Ils sont de retour, notamment grâce à la mobilisation de la ligue de protection des oiseaux, qui explique son travail dans l'émission En terre animale.

C’est dans une ferme de Saint-André-les-Alpes en Provence-Alpes-Côte d'Azur que l'équipe de l’émission En terre animale commence sa journée. Fabien Gibert est éleveur de moutons, et ces derniers jours, deux de ses agneaux n’ont pas survécu, peu de temps après leur naissance. Désormais, ce n’est plus le service d’équarrissage qui passe ramasser les carcasses, mais une personne de la ligue de protection des oiseaux

C’est à la fois utile et pratique : quand on perd des bêtes, on prévient la LPO et ils viennent récupérer les carcasses pour nourrir les vautours.

Fabien Gibert

Eleveur de moutons 

Justement, la voiture de Sylvain Henriquet, le responsable "Vautours" de la ligue de protection des oiseaux entre dans la cour. Il récupère rapidement les deux malheureux agneaux et continue sa tournée de ramassage vers d’autres fermes. Il ira ensuite livrer les carcasses au point de nourrissage des vautours, mais sans notre présence. Car l’association ne tient pas à faire de cette "curée" une animation touristique. Comme notre envie de voir les vautours est grande, Sylvain nous donne rendez-vous quelques heures plus tard au belvédère de La Palud-sur-Verdon, un site exceptionnel pour observer les rapaces. 

Un spectacle magique

Les vautours fauves tardent un peu à sortir des falaises. Puis avec l’arrivée plus franche du soleil, les premières ascendances thermiques se développent, des “bulles” d’air chaud permettant de gagner de l’altitude, et les oiseaux quittent les nids. Le spectacle est alors magique. Vautours fauves, moines et percnoptères déploient leurs ailes et passent à quelques mètres seulement des spectateurs ébahis et des photographes ravis. 

Dans les années 40, les vautours avaient presque disparu dans les gorges du Verdon. Il a fallu attendre les années 90 pour qu’ils commencent à être réintroduits. En 1999, les premiers vautours fauves sont relâchés, puis en 2005, c'est au tour des vautours moines de réinvestir les lieux. 

Ces opérations sont menées par la LPO en partenariat avec le centre régional de sauvegarde de la faune sauvage de Provence-Alpes-Côte d’Azur, située à Buoux dans le Vaucluse. Un centre qui porte secours aux animaux blessés. Ce jour-là, un jeune vautour recueilli affaibli, amaigri et plein de parasites va être relâché après avoir été soigné au centre. Délicatement, Loriane Aubinais de la LPO PACA et Sylvain Henriquet déposent la cage portable en bord de falaise. Rapidement, l’oiseau est extrait et bagué afin de pouvoir être repéré ensuite, simplement lors d’observation aux jumelles. 

Sans précipitation, le jeune vautour quitte les bras de Loriane et sautille sur le bord de la falaise. Pas d’envol immédiat, il profite tranquillement de cette liberté retrouvée. Puis, il secoue ses plumes et déploie ses ailes. Derniers contrôles pour s’assurer que tout va bien, puis c'est le grand saut. L’oiseau s’élance dans le vide, majestueux. Très vite, il réapparaît devant nous à hauteur de falaise. Sans le moindre coup d’aile, il profite des ascendances thermiques et prend rapidement de l’altitude, avant de n’être plus qu’un petit point dans le ciel azur. Pas une goutte de pluie à l’horizon, mais des larmes de joie sur le visage de Loriane.

 

C’est l’accomplissement de tout notre travail, c’est très émouvant. On espère que tout se passera bien pour lui, mais vu comme il a rapidement pris de l’altitude, on a vu qu’il se débrouille très bien, c’est très encourageant, on peut être optimiste. 

Loriane Aubinais

LPO Rhône-Alpes

Les vautours sont environ un millier dans les gorges du Verdon. Avec parmi eux maintenant, un petit rescapé qui vient de retrouver l’environnement qui l’a certainement vu naître il y a moins de deux ans. 

Reportage complet à découvrir dans notre émission « En Terre Animale », dimanche 18 février à 12h55 sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté et sur la plateforme France.tv dès le samedi 17 février.