FC Sochaux : Samuel Laurent veut "garder les cadres" et jouer la montée en Ligue 1 "dès la saison prochaine"

Publié le
Écrit par Emilien Diaz

La prolongation d’Omar Daf, l’objectif Ligue 1, les garanties financières de Nenking ou encore l'ambition du club sur le prochain mercato estival, Samuel Laurent nous a accordé un entretien au cours duquel il a balayé l’actualité du FC Sochaux sans langue de bois. 

Sans langue de bois, et avec des ambitions. Voilà comment résumer l’état d’esprit de Samuel Laurent, le directeur général du FC Sochaux-Montbéliard, à huit journées d’une fin d’une saison de Ligue 2 qui ne manquera pas d’enjeux pour les Jaune et Bleu. "Aujourd’hui nous avons une très bonne dynamique, une vraie cohésion dans le groupe et une mentalité très positive. La cinquième place de Ligue 2 est largement envisageable" s’est félicité le patron du FCSM à notre micro.

Septième du championnat à cinq points du Paris FC (5e), Sochaux a donc encore de quoi vibrer dans cet exercice 2020-2021 rassurant, à plus d’un titre. Un collectif s’est installé, des individualités ont explosé - Weissbeck, Virginius, Soumaré par exemple – et l’atmosphère générale qui règne au sein du groupe professionnel incite au positivisme. Une première, depuis longtemps.

C’est d’ailleurs ce qui a convaincu Samuel Laurent de prolonger Omar Daf à son poste d’entraîneur jusqu’en 2023 : "J’attendais d’avoir plus de visibilité. Les résultats n’ont pas toujours été exceptionnels mais le constat est là. Omar est l’homme de la situation. Il veut porter ce projet et c’était important pour nous de le sentir impliqué" nous a expliqué le directeur général.

Des changements dans la continuité

Seul à la tête du navire depuis le départ de son ancien adjoint Emmanuel Desplat – parti pour Dijon– et l’éviction du directeur sportif Thomas Deniaud, Samuel Laurent n’a montré aucune inquiétude quant à la gestion future du FCSM : "Il faut distinguer l’instabilité connue avec le précédent propriétaire (TechPro), qui était un fiasco complet, de notre situation actuelle. Le départ de Thomas Deniaud était à mon sens justifié. Concernant Emmanuel Desplat. Il a saisi une opportunité en Ligue 1. C’est un passionné et il a mon entière bénédiction".

Samuel Laurent nous a par ailleurs indiqué travailler activement aux côtés de son nouvel adjoint, Benoit Delon. L’actuel directeur général du club de Quevilly Rouen n’a pas encore officiellement quitté son ancien club – où il officie depuis 2015  – mais il se déplace régulièrement dans la région, et sera présent au Havre ce samedi pour assister à la rencontre. De quoi rassurer les supporters ? Sans doute, au moins un peu, d’autant que Samuel Laurent a tenu à rappeler que Sochaux disposait actuellement de garanties financières.

"Un matelas financier confortable"

"On a souffert de la crise au même titre que les autres clubs, mais Nenking (l’actionnaire chinois) est un formidable filet de sécurité pour nous. La valeur de la société est réelle, plus de 3 milliards de dollars US. Donc on dispose aujourd’hui d’un vrai matelas financier, de cet airbag permanent qui nous permet de voir venir" a expliqué Samuel Laurent. Le directeur général du club nous a assuré de sa pleine confiance envers les actionnaires, avec lesquels il dit échanger sur Whatsapp ou par téléphone "4 à 5 fois par jour".

Concernant le futur mercato, là aussi Samuel Laurent s’est voulu rassurant. Conserver les cadres pour jouer la montée en Ligue 1 dès la saison prochaine. C’est l’objectif avancé par le patron du FC Sochaux : "Pour Gaetan Weissbeck par exemple, nous ne sommes pas vendeur. On veut garder ces joueurs, leur proposer un contrat sur le long terme avec nous pour qu’ils connaissent la montée avec Sochaux" a reconnu S.Laurent, qui s’est montré bien moins optimisme sur le cas Alan Virginius, qui brille cette saison, à seulement 18 ans : "Ce sera très dur de le retenir" a-t-il avoué. 

"Les supporters nous manquent"

Samuel Laurent a conclu en ayant une pensée particulière pour les supporters du FCSM, privés de tribunues depuis plusieurs mois en raison de la crise sanitaire et des huis clos imposés dans les stades : "Je veux leur dire qu'on pense à eux. Ce stade Bonal, vide, sans eux, ça n'a pas la même saveur. Forcément cela nous manque mais on sait qu'il sont derrière nous. L'accueil surprise qu'ils ont réservé aux joueurs avant le match face à Ajaccio était incroyable. Les joueurs ne les oublient pas". 

Le FC Sochaux-Montbéliard se déplace ce samedi sur la pelouse du Havre avant de recevoir le Paris FC le 3 avril prochain, juste après la trêve internationale. Deux matches décisifs pour espérer viser la cinquième place en fin de saison.