SÉCURITÉ. Délinquance, stupéfiants, violences urbaines : sur Montbéliard, des chiffres en baisse selon la police

Lundi 22 janvier, Yves Cellier, patron de la police du Doubs, a officialisé les chiffres de la sécurité 2023 sur les neuf communes de la circonscription Montbéliard-Héricourt. Délinquance, stupéfiants, violences urbaines : les indicateurs sont en baisse.

En conférence de presse lundi 22 janvier 2024, Yves Cellier, Directeur Interdépartemental de la Police Nationale du Doubs, a présenté les principales statistiques qui émanent des services de police concernant la circonscription de Montbéliard-Héricourt (neuf communes et 78.000 habitants). Première leçon : la délinquance générale a diminué de 5,9% entre 2022 et 2023. 

Dans le détail, à Montbéliard, la délinquance sur la voie publique (cambriolages, vol de voitures) est en baisse de 12,1 %. Pour rappel, la sous-préfecture du Doubs représente un habitant sur trois de la circonscription étudiée, et concentre 40% de la délinquance relevée. À titre de comparaison, sur l'ensemble des neuf communes, les actes de délinquance sur voie publique sont eux stables par rapport aux études réalisées en 2022 (+0,15 %).

Concernant les stupéfiants, le nombre de procédures réalisées a augmenté de 3%, avec une hausse des amendes délictuelles forfaitaires pour les consommateurs : 89 en 2023 à Montbéliard contre 72 en 2022. À Montbéliard, selon la police, il n’existe plus qu’un point de deal répertorié à la Petite Hollande. Le deuxième, identifié en 2023, a été démantelé le 10 novembre dernier à travers l’opération "Place nette". 

Les violences familiales et conjugales, un défi permanent

Côté atteintes volontaires à l'intégrité physique de la personne (catégorie qui comprend notamment les violences intrafamiliales et conjugales), "les chiffres s'améliorent, mais c'est le point le plus dur à améliorer, car il est difficile de savoir s'il y a moins de faits de violences, ou simplement moins de plaintes" avoue Yves Cellier.

Les chiffres sont néanmoins en baisse depuis trois ans. Moins 10% en 2023, ce qui représente 67 victimes en moins à Montbéliard. Le taux d’élucidation sur ces affaires s’améliore également : en 2021, 50% des affaires élucidées, contre les deux tiers aujourd'hui. 

Malgré les émeutes, des violences urbaines qui diminuent

Un chiffre rassurant selon la police, qui met aussi en exergue la diminution des violences urbaines malgré un été marqué par la mort de Nahel en banlieue parisienne : -20% dans la circonscription et -35% dans le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard. L’occasion d’évoquer les rodéos urbains : 43 opérations ont été menées en 2023 et les réquisitions de riverains sont à la baisse.

Pour rappel, le paroxysme des violences urbaines de l’été a été la tentative de mise à feu de la cité judiciaire de Montbéliard, lors des émeutes ayant suivi la mort du jeune Nahel, la nuit du 30 juin au 1ᵉʳ juillet 2023. Dix-huit policiers nationaux avaient été mobilisés pour l'occasion, pour qui des demandes de décoration ont été faites auprès du préfet du Doubs.

Des données qui contrastent avec les propos de Marie-Noëlle Biguinet, maire (LR) de Montbéliard. Dans les colonnes de nos confrères du Figaro le 21 janvier (article payant), l'édile dénonçait la montée de l'insécurité dans les villes moyennes. "C'est un vrai cancer en France" s'était-elle plainte. "On ramasse les pots cassés alors qu'on fait beaucoup pour nos quartiers. On doit faire le boulot de l'état".

Dans le commissariat de Montbéliard-Héricourt, 136 gradés et gardiens sont postés. Selon Yves Cellier, les recrutements dans la circonscription souffrent d'un déficit d'attractivité.