Les savoir-faire en mécanique horlogère bientôt inscrits au patrimoine immatériel de l'Unesco ?

© Pierre HECKLER - maxPPP
© Pierre HECKLER - maxPPP

La Suisse et la France ont déposé ce lundi 25 mars un dossier de candidature pour faire reconnaître les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d'art. Le Grand Besançon et le Pays Horloger figurent dans le dossier. 

Par Sophie Courageot

Le dossier est déposé. Il faudra attendre 18 mois et novembre 2020 pour connaître la réponse de l'Unesco.

Ce n'est pas un monument comme les fortifications de Vauban à Besançon (Label Unesco en 2008) que le Doubs souhaite faire reconnaître. Mais un savoir-faire bien de chez nous, le savoir faire de l'horlogerie.

Le dossier est passé par plusieurs étapes. France et Suisse ont d'abord inscrit à l'inventaire national ce patrimoine horloger.

Le dossier pour candidater au patrimoine immatériel de l'Unesco a été abondé de plusieurs arguments côté français. Du savoir faire détenu par des artisans horlogers comme Philippe Lebru, Philippe Laville, Patrick Augerau, aux sous-traitants, aux musées qui valorisent cette spécialité comme le musée du Temps à Besançon où l'évènement des 24 heures du temps. La présence de l'Observatoire à Besançon, de la recherche à l'Université de Bourgogne Franche-Comté entrent aussi en ligne de compte. 

"Il y avait une cohérence de présenter une candidature en commun avec la Suisse" explique Hervé Bariolet, directeur de la stratégie des territoires au Grand Besançon. "Les candidatures conjointes ont plus de chances d'aboutir...Si nous obtenons ce label, cela nous permettrait de renforcer, structurer les collaborations avec le Pays Horloger et la Suisse" ajoute-t-il. "On va prendre le temps de l'instruction du dossier pour mettre en place une structure de coordination pour valoriser ces savoir-faire" conclut-il.


Qu'attendre d'une reconnaissance au patrimoine immatériel de l'Unesco ? 


Formation, transmission, tourisme, structure. Le Grand Besançon et le Pays Horloger du Haut-Doubs ont tout à gagner si l'Unesco reconnaît ce savoir-faire spécifique au Doubs et à l'Arc Jurassien. On imagine déjà des parcours touristiques reliant tous ces savoir-faire. La ligne ferroviaire des horlogers existe déjà en Franche-Comté. 


« Pratiques et transmission sont au coeur de cette candidature qui représente une belle opportunité pour l’horlogerie régionale. Les artisans indépendants et les entreprises, l’Observatoire – l’un des trois au monde à certifier les chronomètres – le Musée du Temps, l’offre de formations et l’activité de recherche, toutes les facettes de ce savoir-faire sont réunis à Besançon », souligne Jean-Louis Fousseret, Président du Grand Besançon et Maire de Besançon.

Pour le Pays Horloger, porteur du projet de Parc naturel régional du Doubs Horloger, son Président Denis Leroux précise : « La mise en valeur des savoir-faire et leur transmission, tout comme le développement des coopérations avec les territoires voisins permis par cette candidature, s’inscrivent pleinement dans les objectifs d’un Parc naturel régional ».

Réponse de l'Unesco en 2020. Question de temps, les horlogers vont devoir patienter....





 

Ces savoir-faire que l'Unesco veut protéger

Avec la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, ratifiée par la France en 2006 et par la Suisse en 2008, l’UNESCO entend documenter et sauvegarder les traditions et expressions orales les arts du spectacle, les rituels et évènements festifs, l’artisanat traditionnel ainsi que les savoirs et les
pratiques concernant la nature. La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel contribue à sensibiliser le grand public à l’importance de cet héritage et de sa pérennisation.

Les derniers savoir-faire français reconnus par l'Unesco 
 

  • 2018 :  Les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse : la culture de la plante à parfum, la connaissance des matières premières naturelles et leur transformation, l'art de composer le parfum
  • 2018 : L'art de la construction en pierre sèche : savoir-faire et techniques
  • 2016 : La fauconnerie, un patrimoine humain vivant
  • 2016 : Le carnaval de Granville.

Certaines traditions culturelles sont également inscrites au patrimoine immatériel de l'Unesco. 

Sur le même sujet

Les + Lus